Coronavirus en Guadeloupe : Sur fond de conflit contre l’obligation vaccinale, le plan blanc réactivé

EPIDEMIE Selon l’ARS, « 151 personnes sont hospitalisées, dont 116 qui sont rentrés la semaine dernière ». La région compte 16.500 nouveaux cas de Covid-19 en une semaine

20 Minutes avec AFP
— 
L’entrée du CHU de Guadeloupe, à Pointe-à-Pitre le 9 janvier 2022 (illustration).
L’entrée du CHU de Guadeloupe, à Pointe-à-Pitre le 9 janvier 2022 (illustration). — Morel Gilles/SIMAX/SIPA

Le coronavirus continue de submerger la  Guadeloupe. Tous les établissements hospitaliers y sont à nouveau en plan blanc, a indiqué mercredi l’Agence régionale de santé (ARS), en annonçant près de 16.500 nouveaux cas de Covid-19 en une semaine où la mobilisation contre l’obligation vaccinale ne faiblit pas.

« On est rentré dans une phase hospitalière compliquée et difficile », a mis en garde Valérie Denux, la directrice générale de l’ARS, annonçant que l’hôpital​ doit ouvrir des lits de réanimation supplémentaires. « Nous avons également demandé des renforts » et réorganisé des services, « cela se fait au détriment d’autres prises en charge », a-t-elle précisé.

Le conflit continue à l’hôpital

Au total, « 151 personnes sont hospitalisées, dont 116 qui sont rentrés la semaine dernière. Il y a également huit femmes enceintes et six enfants pris en charge au pôle Parent-enfant pour le Covid ». Sur 16 personnes malades du Covid-19 admis en réanimation, « seule une d’entre elles a un schéma vaccinal complet (…), à l’inverse des 15 autres, toutes non vaccinées », a précisé Valérie Denux.

« La cellule d’accompagnement des soignants réfractaires au vaccin fonctionne bien », a ajouté la directrice de l’ARS. Pourtant, le conflit continue de secouer l’hôpital. Ce mercredi, le CHU a annoncé dans un communiqué, que des « opérations de sabotages sur des installations électriques » au Pôle logistique et au centre de PMA, constatées dans la semaine, ont fait l’objet de dépôt de plainte. Les organisations mobilisées contre l’obligation vaccinale ont appelé, pour ce jeudi, l’ensemble de l’île à une « journée morte ».

La directrice s’est également dite « inquiète » pour les trois prochaines semaines, puisqu’on « ne connaît pas les effets du variant Omicron, qui représente plus de 98 % des prélèvements, sur une population fragile et non vaccinée ». En Guadeloupe, la vaccination reste faible, puisque seuls 11,3 % des Guadeloupéens de plus de 12 ans ont reçu trois doses de vaccins et à peine plus de 40 % ont déjà leurs deux doses. Les contaminations augmentent toujours, mais moins vite, même si le taux d’incidence reste très élevé (4.359 pour 100.000 habitants), selon les chiffres de l’ARS.