Coronavirus : Besançon équipe ses 64 écoles publiques primaires de capteurs de CO2

QUALITE DE L'AIR Les mesures barrières contre le Covid-19 impliquent d’aérer régulièrement une pièce. Les capteurs vont permettre d’adapter la durée d’aération

20 Minutes avec AFP
— 
Un capteur de CO2 dans une école (illustration).
Un capteur de CO2 dans une école (illustration). — SYSPEO

Dans ses mesures prises pour lutter contre le Covid-19, la mairie de Besançon tente d’optimiser la durée d’aération des classes pour également améliorer la  qualité de l’air intérieur​. La ville a ainsi annoncé lundi avoir équipé ses écoles publiques primaires de capteurs de CO2 mobiles. La municipalité a commandé 80 appareils pour un montant total de près de 12.700 euros.

« Depuis vendredi 14 janvier, (la municipalité) a distribué un capteur par école auprès de chacune des 64 écoles publiques du cycle primaire (écoles maternelles et élémentaires) », précise dans un communiqué la maire EELV de Besançon, Anne Vignot. Les capteurs de CO2 commandés « début janvier » présentent un « affichage simple » des trois couleurs – vert, orange et rouge – en fonction du taux de CO2 mesuré dans l’air.

Une revendication des syndicats

« Les indications des capteurs donnent une information sur la durée d’aération nécessaire pour diminuer le taux de CO2 dans les classes », selon la taille de la pièce, le nombre d’élèves ou encore la capacité de renouvellement de l’air. Anne Vignot souligne également « qu’une des mesures barrières les plus efficaces dans la lutte contre le Covid est l’aération des pièces » et remercie le personnel qui travaille dans les écoles pour son implication dans « la mise en place de ces mesures en faveur de la qualité de l’air intérieur (QAI) et de la lutte contre la pandémie ».

L’équipement des salles de classe en capteurs de CO2 est l’une des revendications phares des syndicats de l’Education nationale. Le ministre de l’Education, Jean-Michel Blanquer, a admis début janvier que le déploiement de ces capteurs dans les établissements scolaires était « totalement insuffisant ». Il avait alors lancé un « appel aux maires » à profiter du fond d’État de 20 millions d’euros pour en doter leurs écoles.