Coronavirus : Vers « une décrue assez rapide » selon l’épidémiologiste Vittoria Colizza

LE BOUT DU TUNNEL Vittoria Colizza estime que le pic est proche, et devrait être suivi d'une décrue rapide en suivant le modèle britannique

X.R.
— 
L'épidémiologiste plaide pour une meilleure couverture vaccinale chez les enfants.
L'épidémiologiste plaide pour une meilleure couverture vaccinale chez les enfants. — Pasquale Gargano/PACIFIC /SIPA

Le plus dur est-il derrière nous ? Même si les données restent inquiétantes, avec toujours près de 300.000 contaminations au Covid-19 par jour, on observe depuis quelques jours « un ralentissement de la dynamique de croissance », note Vittoria Colizza, directrice de recherche à l’Inserm, dans une interview au Journal du Dimanche.

Suivant les modélisations de l’Institut Pasteur, cela signifie pour elle qu’on est « proche du pic ». « On peut s’attendre à une décrue assez rapide », prophétise-t-elle, s’appuyant sur les données britanniques et sur la décrue déjà amorcée en Ile-de-France.

L’épidémie n’est pas terminée

Mais l’épidémiologiste rappelle que « la forte couverture vaccinale est indispensable » et que « la vigilance s’impose » pour conserver cet espoir. « Une réduction de 20 % de nos contacts sociaux diviserait par deux le nombre d’hospitalisations », assène-t-elle dans le JDD. Par ailleurs, il ne faut pas se réjouir trop vite. Vittoria Colizza dit « sourire » face aux annonces selon lesquelles l’épidémie serait finie, arguant qu'« on n’a pas de preuve pour dire que cette vague sera la dernière ».

Pour lutter contre l’épidémie, les autorités sanitaires disposent cependant de deux leviers principaux : le vaccin et les tests. Si Vittoria Colizza se satisfait que les primo-injections soient « reparties à la hausse » sous l’effet d’annonce du pass vaccinal, elle critique en revanche plus durement la politique de tests, en particulier à l’école.