20 Minutes : Actualités et infos en direct
EPIDEMIEAge, région, raison… Qui sont les Français non vaccinés ?

Coronavirus : Age, région, raison… Qui sont les Français non vaccinés ?

EPIDEMIEIl reste 5,1 millions de Français éligibles qui ne sont pas vaccinés
Injection Vaccin COVID-19 par un docteur du Service Pediatrie du Centre Hospitalier d'Antibes Juan-les-Pins, vaccin pour enfants de 5-11 ans.
Injection Vaccin COVID-19 par un docteur du Service Pediatrie du Centre Hospitalier d'Antibes Juan-les-Pins, vaccin pour enfants de 5-11 ans. - SYSPEO/SIPA / Pixpalace
Oihana Gabriel

Oihana Gabriel

L'essentiel

  • Le président de la République assume vouloir « emmerder » les Français pas encore vaccinés.
  • En plein débat sur le pass vaccinal, 20 Minutes s’intéresse au profil de ces Français qui n’ont reçu aucune dose pour le moment.
  • Quel est leur âge ? Leur région ? Leur raison ? On fait le point sur ce que les derniers chiffres et études en disent.

Il reste actuellement 5,1 millions de Français de plus de 12 ans non vaccinés. Si les primo-injections ont connu un boom mercredi, avec 66.347 doses administrées, des millions de personnes risquent donc de ne plus pouvoir entrer dans un train, un restaurant ou un bar dans quelques semaines si le pass vaccinal est adopté rapidement par le Parlement, comme le souhaite le gouvernement. Ce dernier ne cache d’ailleurs pas le fait que cette disposition est une « forme déguisée d'obligation vaccinale », selon les propos d'Olivier Véran. Mais qui sont ces Français non-vaccinés ? Quel est leur profil ? 20 Minutes fait le point sur ce que l’on sait d’eux.

Quelle proportion de la population ?

Selon le dernier point de la Direction générale de la santé, paru jeudi soir, 79 % de la population totale a reçu au moins une dose de vaccin contre le Covid-19, et 77 % est totalement vaccinée. Il reste en tout 5.1 millions de personnes à vacciner dans la tranche des 12 ans et plus. Dans le détail, 1 million d'adolescents de 12 à 17 ans, 900.000 Français de 18 à 34 ans, 1,2 million de personnes 35 à 49 ans, 900.000 personnes de 50 à 64 ans, 600.000 personnes de 65 à 79 ans et enfin 500.000 Français de plus de 80 ans.

Quelles tranches d’âge sont les moins vaccinées ?

La vaccination a été ouverte à tous les enfants entre 5 et 11 ans le 23 décembre 2021. Pour le moment, seulement 41.000 d’entre eux ont reçu une première dose. C’est donc clairement la frange de la population la moins vaccinée, avec plus de 99 % des enfants non vaccinés.

Sans surprise, le groupe qui arrive ensuite est celui des adolescents. La vaccination a été ouverte aux 12-17 ans le 15 juin 2021. Et aujourd’hui, seulement 18,39 % des adolescents ne sont pas vaccinés, selon Covidtracker.

Parmi les majeurs, ce sont les 30-49 ans qui sont les plus nombreux à ne pas être vaccinés : 9,48 %.

Plus étonnant – et sans doute plus gênant –, les plus âgés des Français arrivent ensuite. En effet, 8,35 % des plus de 75 ans, les plus vulnérables face au virus, n’ont reçu aucune injection.

Pour les trois dernières tranches, 18-29 ans, 60-64 ans et 65-75 ans (les mieux vaccinés), on atteint une couverture vaccinale très importante, avec moins de 5 % de ces classes d’âges non vaccinés.

Schéma des personnes vaccinées par âge.
Schéma des personnes vaccinées par âge.  - Santé Publique France

Dans quelles régions vivent-ils ?

Selon les données de Covidtracker, c’est la Corse qui a la palme de la région la moins vaccinée, avec 35 % des habitants de Haute-Corse qui n’ont reçu aucune dose. Globalement, les régions du sud et de l’est de la France atteignent des taux plus bas que la façade Atlantique. Car de l’autre côté de la France et de la courbe, c’est au Finistère qu’on est le plus vacciné (83 % au 26 décembre 2021).

La situation des Dom-Tom est assez particulière, les couvertures vaccinales y étant nettement plus faibles. Ainsi, en Guadeloupe et en Martinique, moins de 40 % de la population a reçu au moins une dose de vaccin. C’est 30 % en Guyane.

Carte de France des régions les plus vaccinées.
Carte de France des régions les plus vaccinées.  - Covidtracker

Pour quelles raisons ne sont-ils pas vaccinés ?

Il peut être tentant de superposer non-vaccinés et antivax. Mais la réalité est plus complexe, même si aucune étude ne permet de donner des chiffres précis sur les raisons pour lesquelles ces personnes ne sont pas encore passées par l’injection. Si certains sont mordicus opposés à la vaccination contre le Covid-19, d’autres craignent les effets indésirables d’un vaccin commercialisé en peu de temps, ont des contre-indications ou n’auraient pas eu la possibilité de recevoir une injection.

Selon une étude révélée par nos confrères du Parisien et réalisée par un chercheur de l’Inserm, peu de personnes non vaccinées aujourd’hui pourraient encore changer d’avis. Selon la troisième vague de l'étude Slavaco sur les intentions de vaccination, réalisée sur 2.022 personnes entre le 2 et le 17 décembre, et que 20 Minutes a pu consulter, sur 10,5 % de répondants non vaccinés, « une majorité semble s’être fait un avis définitif sur ce sujet : 7 % sont "certains" de ne pas se faire vacciner, contre 3,5 % qui ne le feront "probablement pas" », pointe le communiqué. « Les répondants qui refusent encore de se faire vacciner contre le Covid sont plus souvent des femmes, jeunes, se sentant proches de partis de la droite radicale et de la gauche radicale, ou ne se sentant proches d’aucun parti », poursuit l’étude réalisée par Jeremy Ward.

Point intéressant : les ressources et l’accès aux soins semblent déterminants dans ce choix. « Ceux pour qui il est très facile d’acheter des médicaments s’ils en ont besoin ont plébiscité ce vaccin. Ils sont plus de 95 % à avoir été vaccinés ou à compter le faire. Cette proportion est seulement de 82 % chez ceux pour lesquels il est très difficile d’acheter ces médicaments. On trouve des écarts similaires entre ceux pour lesquels il est très facile de payer toutes les factures à la fin du mois et ceux pour lesquels c’est très difficile (92 % vs 79 %) ».

Et pour une petite partie des Français, la non-vaccination n’est pas tant un choix qu’un problème d’accès au système de soins. Notamment chez des personnes âgées très isolées et vivant loin d’un centre de vaccination. « Quand on sait qu’en Ehpad, il y a moins de 5 % de résidents non vaccinés et que les plus de 70 ans sont largement favorables à la vaccination, on peut donc en conclure qu’il y a encore des personnes âgées, vivant à domicile, invisibles, qui ne sont pas opposées à la vaccination, mais pour qui on n’a pas fait la démarche de les accompagner », avance Pascal Champvert, président de l’Association des directeurs au service des personnes âgées (AD-PA).

Des personnes vivant seules, handicapées, parfois sans proches, dans des zones rurales, des déserts médicaux, sans médecin traitant, avec peu d’aide et de visite… « Ce n’est pas une aide à domicile qui vient une demi-heure qui aura le temps d’accompagner cette personne âgée au centre de vaccination », reprend Pascal Champvert. Si le ministère assure avoir mis en place des initiatives pour « aller vers », l’AD-PA regrette le manque de moyens et d’inventivité. « Nous sommes en retard par rapport à nos voisins européens sur la vaccination des plus âgés. Un an après l’ouverture de la vaccination au plus de 80 ans, c’est la preuve du dysfonctionnement de notre système de santé, par manque de moyens. »

Au lieu de proposer un numéro vert pour se renseigner, « que peu de gens connaissent, même pas moi ! », il faudrait « mettre en place un système de coopération entre les services de soins à domicile, les centres communaux d’action sociale, qui ont mis en place un suivi en cas de canicule, les médecins et infirmiers libéraux pour réussir cet objectif que tous les Français qui le veulent puissent être vaccinés à domicile », suggère Pascal Champvert.

Sujets liés