Coronavirus : Ce qui est autorisé et ce qui est interdit… Notre guide pratique pour la soirée du Nouvel An

REVEILLON « 20 Minutes » vous aide à y voir plus clair sur ce que vous pouvez faire pour la soirée de la Saint-Sylvestre

Manon Aublanc
— 
Illustration réveillon
Illustration réveillon — Pixabay
  • Couvre-feu, jauges de convives, restaurants fermés… En 2020, de nombreuses restrictions avaient été mises en place pour le Nouvel An.
  • Cette année, pour la Saint-Sylvestre, les restrictions seront moins sévères. Mais le gouvernement a tout de même imposé quelques règles.
  • Pour vous aider, 20 Minutes vous livre un petit guide pratique sur ce que vous pouvez faire et ne pas faire pour la soirée du Nouvel An.

Souvenez-vous, c’était il y a un an tout pile. Couvre-feu de 20 heures à 6 heures du matin, restaurants fermés, jauges pour les soirées privées… En 2020, l’édition du Nouvel An avait un goût bien amer. Cette année, si les restrictions sont moins sévères, ce n’est pas encore totalement la bamboche.

Face à la flambée des cas de coronavirus, notamment en raison de la propagation  du variant Omicron, vendredi, tout ne sera pas permis (vous l’avez ?). Qu’est-ce qui est interdit et autorisé pour la nuit de  la Saint-Sylvestre ? Conseillé et déconseillé ? 20 Minutes (toujours en partenariat avec le Conseil scientifique, mais aussi Jean Castex, Olivier Véran et Santé publique France) fait le point.

Ce qui est interdit

Pour ceux qui souhaitaient fêter le passage à l’année 2022 dans la rue, comme traditionnellement sur les Champs-Elysées par exemple, ce sera malheureusement impossible. Les rassemblements sur la voie publique, comme la consommation d’alcool, seront interdits le soir de la Saint-Sylvestre.

Dans une note diffusée aux préfets, le ministre de l’Intérieur, Gérald Darmanin, a appelé les préfets à prendre « toute mesure utile pour dissuader les rassemblements » et pour « les disperser lors de leur formation », à « assurer une présence marquée » des forces de l’ordre « dans les endroits habituellement sujets à rassemblements », à « imposer par arrêté le port du masque dans les centres-villes », voire à « limiter les transports publics pour éviter les brassages de populations, notamment le 31 décembre ». Les services de renseignement participeront eux à « la détection, notamment sur les réseaux sociaux » de soirées « de type rave parties ». Le Premier ministre, Jean Castex, a également invité, lundi lors de sa conférence de presse,  « les municipalités à renoncer aux feux d’artifice ».

Si vous aviez prévu d’aller danser en boîte de nuit, il faudra trouver une autre solution. Les discothèques, fermées depuis mi-décembre, ne rouvriront pas avant fin janvier (on la voit la larme sur votre joue). Enfin, si vous prévoyez de fêter le Nouvel An au restaurant ou au bar, vous pourrez consommer debout – les consommations debout seront interdites à partir du 3 janvier –, mais vous ne pourrez pas danser dans ces établissements, par mesure d’équité avec les discothèques.

Ce qui est autorisé

Contrairement à l’année dernière, aucun couvre-feu n’a été décrété. Et ça, on ne va pas se mentir, c’est quand même une bonne nouvelle. Vous pourrez donc circuler librement toute la nuit, sans restrictions d’horaires, ni de kilomètres (on n’oublie pas de désigner son Sam, hein). De plus, aucune jauge n’a été imposée pour les soirées privées, même si le gouvernement appelle à limiter les grands rassemblements.

Ce qui est conseillé

Comme on vous l’expliquait la semaine dernière dans notre (superbe) article pour passer Noël en toute sérénité, certains réflexes devront être conservés au Nouvel An. A commencer par le port du masque. Si on reconnaît qu’il y a plus vendeur que de danser sur Les Démons de minuit avec son masque (c’est valable pour n’importe quelle musique d’ailleurs), il faudra essayer de le porter au maximum en dehors des repas, avaient recommandé les membres du Conseil scientifique   dans leur avis du 8 décembre. Ces derniers conseillent notamment le masque FFP2 pour « les personnes les plus fragiles ou non vaccinées » et ce « dès que cela est possible, avec toute la complexité néanmoins liée à cet usage ». « Le masque, c’est ce qui marche le mieux. A partir du moment où on l’enlève, on prend un risque », avait expliqué Michaël Rochoy, médecin généraliste, chercheur en épidémiologie et membre du collectif Du côté de la science, la semaine dernière à 20 Minutes.

Autre point primordial : l’aération (valable pour le virus et pour l’odeur de transpiration). Alors que la soirée de la Saint-Sylvestre est habituellement plus festive que Noël, le conseil scientifique conseille de « maintenir une fenêtre ou une porte ouverte au moins 10 minutes par heure ou en permanence si possible ». « L’aération a un objectif : éliminer la quantité d’aérosol potentiellement contaminée dans l’air », nous avait expliqué Pascal Crépey, épidémiologiste à l’Ecole des hautes études en santé publique.

Enfin, comme à Noël, il est recommandé pour le Nouvel An d’effectuer un autotest avant la soirée. D’autant plus qu’ils sont désormais disponibles en pharmacie mais également dans les hypermarchés jusqu’au 31 janvier (entre 2 et 5 euros les radins, on vous voit).

Ce qui est déconseillé

On conçoit que les douze coups de minuit sont parfois l’occasion d’embrasser son crush ou de prendre ses amis dans les bras, mais cette année encore, on évite la bise, les « hugs » et les roulages de pelles.