Coronavirus : Record absolu de contaminations en France et au Royaume-Uni

PANDEMIE Face à la flambée du variant Omicron, de nombreux pays ont adopté des restrictions supplémentaires

20 Minutes avec AFP
— 
Le ministre de la santé Olivier Veran et Adrien Taquet, secrétaire d Etat charge de l Enfance et des Familles, devant un centre de vaccination ouvert aux 5-11 ans, à Paris, le 23 décembre 2021.
Le ministre de la santé Olivier Veran et Adrien Taquet, secrétaire d Etat charge de l Enfance et des Familles, devant un centre de vaccination ouvert aux 5-11 ans, à Paris, le 23 décembre 2021. — JEANNE ACCORSINI/SIPA

Records de cas jeudi au Royaume-Uni et en France : les contaminations par le Covid-19 flambent à travers le monde juste avant Noël avec l’explosion du variant Omicron, contraignant de nombreux pays à prendre de nouvelles mesures, comme l’Espagne et l’Italie qui imposent de nouveau le masque à l’extérieur et l’Equateur qui rend la vaccination obligatoire dès l’âge de cinq ans, une première mondiale.

Au Royaume-Uni, frappé de plein fouet par le rebond pandémique, près de 120.000 cas supplémentaires de Covid-19 ont été enregistrés jeudi, un nouveau record. La hausse sur sept jours dépasse 50 % et le nombre d’hospitalisations commence à augmenter, notamment à Londres.

Record de contaminations également en France avec plus de 90.000 nouveaux cas enregistrés en 24 heures, un record absolu dans ce pays depuis le début de l’épidémie en mars 2020. Pour l’instant, les autorités misent davantage sur la vaccination que sur de nouvelles mesures restrictives : le président Emmanuel Macron a appelé les Français à « prendre soin les uns des autres », notamment par des tests avant de retrouver leurs proches pour les fêtes de fin d’année.

Masques en Espagne et couvre-feu en Catalogne

D’autres pays en Europe, épicentre mondial du rebond pandémique, ressortent les masques. L’Espagne, pourtant l’une des championnes mondiales de la vaccination, a décidé de rendre de nouveau obligatoire son port à l’extérieur. Et la justice espagnole vient d’autoriser l’instauration d’un couvre-feu nocturne dans une grande partie de la Catalogne.

L’Italie, qui a déjà payé un lourd tribut à la pandémie, a décidé de rendre obligatoire le port du masque chirurgical à l’extérieur sur tout son territoire. Le gouvernement a annoncé que le masque assurant une protection supérieure, le FFP2, deviendra obligatoire pour se rendre au cinéma, au théâtre, aux événements sportifs ou dans les transports publics, sans préciser de date d’application.

La Grèce a elle aussi annoncé que le port du masque serait obligatoire en intérieur comme à l’extérieur pendant les fêtes. Toutes les festivités publiques de Noël et du Nouvel An ont été annulées. En Suède, le télétravail doit être privilégié et les événements publics réunissant plus de 500 personnes devront exiger un pass vaccinal. En Belgique, le monde culturel est vent debout après la décision des autorités de contraindre cinémas et théâtres à fermer dès dimanche.

En Asie, un mois et demi avant l’ouverture le 4 février des Jeux olympiques d’hiver, la Chine n’a pas hésité, après la découverte de quelques dizaines de cas, à imposer un confinement strict aux 13 millions d’habitants de la ville de Xi’an (nord) en vertu de sa politique draconienne de « zéro Covid ».

Aux Etats-Unis, avec 171.000 cas quotidiens en moyenne sur sept jours, selon le site Covid Act Now, la vague due à Omicron, déjà largement dominant parmi les nouvelles infections, est sur le point de dépasser le pic de celle due au variant Delta. Mais des millions d’Américains ont commencé à voyager à travers le pays pour les fêtes.

Vaccination obligatoire en Equateur

Avant ce pays d’Amérique du Sud, dont 69 % des 17,7 millions d’habitants ont déjà reçu deux doses, seule une poignée d’Etats avaient rendu obligatoire la vaccination et uniquement aux personnes majeures.

Une petite note d’espoir toutefois avant des fêtes de fin d’année plombées par le virus : de premières études en provenance d’Afrique du Sud, d’Ecosse et d’Angleterre montrent qu’Omicron semble entraîner moins d’hospitalisations que Delta. Selon l’agence sanitaire britannique, les patients atteints par le nouveau variant ont jusqu’à 70 % de risques en moins d’être hospitalisés.

« Les cas sont actuellement très hauts au Royaume-Uni et même une proportion relativement faible requérant une hospitalisation aboutira à un nombre important de personnes gravement malades », a souligné la directrice générale de l’agence britannique, Jenny Harries.