Coronavirus en Île-de-France : La barre des 10.000 contaminations par jour atteinte à cause du variant Omicron

EPIDEMIE Le variant Omicron représente près d’un tiers des contaminations à Paris

Romarik Le Dourneuf
— 
Des infirmiers dans une cellule Covid de l'AP-HM
Des infirmiers dans une cellule Covid de l'AP-HM — Daniel Cole / AP / SIPA

La 5e vague continue de grossir. A l’approche des fêtes, le  Covid-19 ne prend pas de vacances et continue sa progression en  Île-de-France. C’est ce que les chiffres de  Santé publique France, publiés ce mercredi.

Les données épidémiologiques de l’institution publique indiquent que 10.300 nouvelles contaminations quotidiennes ont été enregistrées sur la dernière semaine en Île-de-France. Une donnée qui semble confirmer les prévisions de Santé publique France qui s’attend à atteindre les 25.000 cas dans les tout prochains jours.

L’Ile-de-France, région la plus touchée par le variant Omicron

Tous les feux sont au rouge pour ces fêtes de fin d’année puisque l’incidence calculée ce mercredi atteint 674 cas pour 100.000, soit une hausse de 29 % en une semaine et le taux de positivité constaté est à 6,6 %, une augmentation de 10 % sur la même période.

Cet emballement est sans doute à mettre en relation avec le variant Omicron qui opère une percée fulgurante. Alors qu’il représentait moins de 5 % des cas il y a une semaine, il est détecté dans 25 % des nouveaux cas à ce jour. Le variant Delta ultra-majoritaire depuis cet été est une baisse dans le nombre de cas détectés alors que son "concurrent" Omicron pourrait représenter près de 3 cas sur 4 d’ici à la fin de cette semaine. L’Île-de-France est la région la plus touchée de France par ce variant.

La pression hospitalière augmente

Conséquence directe de ces évolutions, la pression sur les hôpitaux s’accentue. L’occupation des établissements en hospitalisation conventionnelle (HC) et en soins critiques (SC) a augmenté de près de 12 % sur la semaine pour atteindre 1.537 patients en HC et 618 en SC ce mercredi. Des chiffres inférieurs pour le moment à la 3e vague d’avril (618 contre 1.798 au 4 avril 2021) mais supérieurs à ceux de la 4e vague en août dernier (470 patients en soins critiques).

Notre dossier sur le coronavirus

Selon Santé publique France, c’est la vaccination, 87 % des Franciliens éligibles ont un schéma vaccinal complet, que cette 5e vague reste inférieure à d’autres. Mais l’institution s’attend à une évolution rapide de la situation épidémique à cause du variant Omicron et rappelle l’importance de la dose de rappel et des gestes barrières avant, pendant et après les fêtes.