Coronavirus : Le gouvernement n’exclut pas d’« aller au-delà » des mesures sanitaires actuelles, selon Gabriel Attal

PANDEMIE Gabriel Attal, porte-parole du gouvernement, était l'invité de la matinale de France 2, ce mardi

M.P. avec AFP
— 
Gabriel Attal, porte-parole du Gouvernement
Gabriel Attal, porte-parole du Gouvernement — Gabrielle CEZARD/SIPA

« On rentre dans une période de fortes turbulences. »  Gabriel Attal a été clair ce mardi matin sur France 2 : « le  variant Omicron rebat les cartes » et le gouvernement prendra les mesures qui s’imposent pour enrayer la propagation du nouveau variant. « On rentre dans  une période de fortes turbulences avec le variant Omicron qui se traduit, on le voit au Royaume-Uni, par un déluge de contaminations. Il faut faire très attention », a analysé le porte-parole de l’exécutif avant d’ajouter : « Si l’on constate qu’il y a une reprise très forte de l’épidémie liée au variant Omicron et un risque, évidemment qu’on pourra aller au-delà. »

Interrogé sur l’éventualité de mesures de restrictions plus contraignantes, Gabriel Attal n’a donc pas balayé l’idée d’un tour de vis sanitaire et restrictif supplémentaire pour lutter contre la déferlante Omicron. « Le variant Omicron rebat les cartes. Il est nettement plus contagieux que tout ce qu’on a connu. Tous les deux à trois jours, les cas d’Omicron doublent », a insisté le porte-parole du gouvernement, Gabriel Attal, sur le plateau des 4 Vérités, qualifiant la progression du variant de « foudroyante ».

Prolonger les vacances ? Reporter la présidentielle ?

Réclamée par la candidate LR à l’élection présidentielle Valérie Pécresse, la prolongation d’une semaine des vacances scolaires n’est pas « du tout une hypothèse privilégiée » par le gouvernement qui ne l’envisage qu’en « ultime recours », a par ailleurs précisé Gabirel Attal.

Questionné sur un éventuel report de l’élection présidentielle, prévue les 10 et 24 avril 2022, il a fermement réfuté cette hypothèse, assurant que le scrutin se tiendrait « en avril », en rappelant que « des élections locales » avaient déjà eu lieu pendant l’épidémie. Reporter l’élection présidentielle n’est « ni sur la table, ni en dessous de la table, ni dans le placard à côté de la table », a-t-il insisté.

Vers un pass vaccinal en entreprises ?

Gabriel Attal a également annoncé que le gouvernement parlerait ce mardi « avec les élus locaux, avec les groupes parlementaires », pour décider si oui ou non, le projet de pass sanitaire en entreprise serait inclus ou non dans le texte de loi sur le pass vaccinal. « On va en parler aujourd’hui, avec les élus locaux, avec les groupes parlementaires », et « on prendra une décision à l’issue de le mettre ou pas dans le texte de loi » transformant le pass sanitaire en pass vaccinal, a indiqué le porte-parole, en référence à ce texte que le gouvernement souhaite voir adopté d’ici fin janvier. « Ensuite, il y aura une discussion parlementaire de toute façon », a fait valoir Gabriel Attal.

De son côté, sur Twitter, le ministre de la Santé a indiqué que, ce mardi, 20 millions de Français devraient avoir reçu leur dose de rappel, un objectif que le gouvernement s’était fixé pour Noël. Lundi soir, 19.806.232 doses de rappel avaient été injectées, selon les chiffres de Santé publique France.