Grippe aviaire : Abattages préventifs dans le Gers et premier foyer dans les Pyrénées-Atlantiques

VIRUS Des mesures drastiques ont été mises en place dans le Gers autour d’un élevage à Manciet, où la grippe aviaire a été détectée le 16 décembre

20 Minutes avec AFP
— 
Des canards dans un élevage du Gers, le 20 septembre 2020 (illustration).
Des canards dans un élevage du Gers, le 20 septembre 2020 (illustration). — ROMUALD MEIGNEUX

Les autorités ont décidé de mettre en œuvre des mesures radicales pour freiner la propagation de la grippe aviaire. Après la détection d’un foyer H5N1 le 16 décembre dans un élevage de canards du  Gers, le premier du Sud-Ouest, la préfecture a annoncé lundi avoir ordonné l’abattage préventif des palmipèdes de sept autres fermes du département.

L’élevage de canards prêts à gaver, situé sur la commune de Manciet, « a été dépeuplé et désinfecté » et l’abattage préventif des palmipèdes de deux autres fermes du Gers « en lien épidémiologique » avec ce foyer est mis en place. Il « va également être effectué » dans cinq autres fermes situées dans un rayon de trois kilomètres, selon un communiqué.

Précisant que « l’objectif est de limiter la diffusion du virus » hautement pathogène, la préfecture a rappelé qu'« une zone de protection (3 km) et une zone de surveillance (10 km) autour du premier foyer ont été instaurées » et « les mouvements de volailles interdits dans ces zones où des mesures sanitaires strictes doivent être observées ». « Le foyer de grippe aviaire de Manciet est le 8e en élevage répertorié en France » après sept dans le département du Nord.

Les volailles doivent être confinées

De son côté, la préfecture des Pyrénées-Atlantiques a annoncé lundi qu’un foyer avait été détecté à Came, commune limitrophe d’Hastingues (Landes) où un autre foyer avait été confirmé dimanche. Dès début novembre, les autorités sanitaires avaient demandé à tous les producteurs de France métropolitaine de confiner leurs volailles afin d’éviter les contacts avec les oiseaux migrateurs potentiellement porteurs du virus.

La France compte environ 20.000 élevages de volailles élevées pour la viande, les œufs ou le foie gras, dont le Sud-Ouest est le principal secteur de production. Les virus de l’influenza aviaire continuent de circuler activement en Europe par l’intermédiaire des oiseaux migrateurs. Vingt-neuf pays sont aujourd’hui touchés sur l’ensemble du continent européen, qui recense près de 400 foyers en élevage et 700 cas dans la faune sauvage, selon le ministère français de l’Agriculture.