Coronavirus : Un nouveau Conseil de défense sanitaire prévu vendredi après-midi

EPIDEMIE Des décisions pourraient être prises concernant l’accélération de la campagne vaccinale, le renforcement des contrôles aux frontières et la mise en place de recommandations pour les fêtes

20 Minutes avec AFP
— 
Le président Emmanuel Macron, en août 2021.
Le président Emmanuel Macron, en août 2021. — Eric Gaillard

Va-t-on vers un nouveau serrage de vis ? Un Conseil de défense sanitaire se tiendra vendredi après-midi autour d’ Emmanuel Macron, a annoncé ce mercredi l’Elysée. De nouvelles mesures de lutte contre la propagation du Covid-19 et la menace du variant Omicron sont sur la table. Le porte-parole du gouvernement, Gabriel Attal, a en effet mentionné plus tôt dans la journée que des décisions pourraient être prises concernant l’accélération de la campagne vaccinale, le renforcement des contrôles aux frontières et la mise en place de recommandations pour les fêtes de famille.

Elles viendraient s’ajouter à d’autres mesures prises récemment, notamment l’extension à tous de la dose de rappel de vaccin anti-Covid.

4.000 patients en réa autour des fêtes ?

Si l’heure est à l’urgence, c’est la situation empire sur le front de l’épidémie. Celle-ci connaît une forte poussée depuis l’automne, en France comme dans la plupart de l’Europe, et l’envol des contaminations se traduit maintenant à l’hôpital. Le nombre de contaminations au Covid-19 a encore augmenté mardi, à 63.405 cas, soit le chiffre le plus haut depuis avril, selon les données de Santé Publique France. Les hôpitaux continuent d’accueillir de nouveaux malades, avec 1.662 nouvelles admissions (contre 1.505 lundi) et 362 admissions en soins critiques, pour un total de 2.792 malades.

Le nombre de patients en réanimation « devrait dépasser 3.000 très rapidement et atteindre les 4.000 autour des fêtes », a précisé Gabriel Attal.

Pas de confinement au programme

Que prévoit le gouvernement français, alors que d’autres pays comme l'Allemagne et l’Autriche ont mis en place des mesures strictes qui se concentrent sur les non-vaccinés et s’apparentent quasiment à confiner ces derniers ?

Pour l’heure, pas de confinement ou de couvre-feu au programme, que ce soit pour les non-vaccinés ou l’ensemble de la population. Mais le gouvernement se garde bien de promettre qu’il ne reviendra plus jamais à de telles mesures. Il préfère insister sur la vaccination. Olivier Véran a notamment évoqué une piste devant les députés : un raccourcissement du délai pour effectuer sa dose de rappel, actuellement fixé à cinq mois après la vaccination initiale. Mais, a-t-il insisté, rien n’est décidé.

Une chose apparaît en tout cas probable : le gouvernement ne pressera pas le pas pour ouvrir la vaccination à tous les 5-11 ans, bien qu’elle soit désormais accessible aux seuls enfants à risque de forme grave​.