Coronavirus : Tests salivaires, arrêt de travail... 5 questions (pour aider les parents) sur le nouveau protocole à l'école

EPIDEMIE, SAISON 5 Alors qu’un nouveau protocole pour les écoles maternelles et primaires a été mis en place et que les dépistages des enfants grimpent en flèche, « 20 Minutes » répond à plusieurs questions pour aider les parents

Oihana Gabriel
— 
Illustration d'un enfant se faisant tester avec un prélèvement nasopharyngé.
Illustration d'un enfant se faisant tester avec un prélèvement nasopharyngé. — SOPA Images/SIPA
  • Depuis la semaine dernière, un nouveau protocole est appliqué progressivement dans les écoles : en cas de cas positif au Covid-19, la classe n’est plus fermée mais tous les élèves doivent se faire tester.
  • Si le résultat est négatif, l’enfant retourne en classe. S’il est positif, il doit rester isolé pendant dix jours.
  • Les autotests sont-ils acceptés ? Où faire un prélèvement salivaire ? Peut-on demander une activité partielle à son employeur ? 20 Minutes répond aux questions que peuvent se poser les parents.

Risque-t-on de retrouver les queues interminables devant les laboratoires dans le froid ? Possible étant donné que les enfants – pour l’heure non éligibles à la vaccination en dessous de 12 ans (excepté les très vulnérables vis-à-vis du Covid-19) – risquent de devoir faire un certain nombre de tests ces prochaines semaines.

Premièrement parce que la cinquième vague semble toucher particulièrement les plus jeunes. Selon une étude de la Direction de la Recherche, des Études, de l'Évaluation et des Statistiques (Drees) publiée jeudi, un quart des quatre millions de tests validés du 22 au 28 novembre concernent des moins de 15 ans. « Cette hausse de la part du nombre de cas positifs pour 100.000 habitants attribuable aux moins de 15 ans dans un contexte de flambée épidémique semble spécifique à la 5e vague », précise la Drees.

Par ailleurs, le nouveau protocole scolaire sera appliqué partout à partir de ce lundi. L’ensemble des enfants scolarisés en maternelle et primaire ne voient plus leur classe fermer dès le premier cas de Covid-19 confirmé. Ils peuvent continuer à aller à l’école, à condition de présenter un test négatif. Mais quel genre de test faire ? Où trouver un test salivaire ? 20 Minutes vient en aide aux parents.

S’il y a un cas de Covid-19 dans la classe de mon enfant, quel type de test faire ?

Première exigence, donc : pour retourner à l’école, il faut présenter au directeur ou à la directrice un test négatif. Les tests éligibles sont les tests RT-PCR sur prélèvement nasopharyngé ou salivaire, RT-LAMP (mais la HAS a estimé que ces tests salivaires étaient moins fiables que les PCR), ou antigénique sur prélèvement nasopharyngé.

Attention, les autotests (antigéniques), même supervisés par un professionnel de santé, ne sont pas acceptés. Bonne nouvelle : tous ces tests restent gratuits pour les mineurs. Ils peuvent être réalisés auprès des professionnels de ville autorisés, dans les laboratoires de biologie médicale et en pharmacie.

Et si je ne souhaite pas tester mon enfant ? Dans ce cas, il ne sera pas accueilli pendant sept jours à l’école. Normalement, il pourra suivre les cours à distance. A voir si les enseignants auront le temps et l’énergie de proposer à la fois des leçons en classe et en distanciel…

Où trouver un test salivaire ?

Les tests salivaires sont à privilégier pour les enfants de moins de 6 ans, car ils ne sont ni douloureux, ni impressionnants. Comme il n’existe que des tests salivaires PCR, ils ne peuvent donc pas s’acheter et se réaliser en pharmacie. Il faudra se déplacer dans les laboratoires qui le proposent.

Sont-ils fiables ? Selon la Haute Autorité de santé, la sensibilité de ces tests salivaires RT-PCR est estimée à 85 %, ce qui est légèrement inférieur (entre 3 et 11 points) au prélèvement nasopharyngé. Pour connaître la liste des laboratoires qui proposent ces tests salivaires, on peut faire une recherche sur santé.fr. Après avoir tapé « dépistage », vous pouvez rentrer votre département ou vous géolocaliser, puis filtrer avec uniquement « tests salivaires ». Une liste s’affichera dévoilant les lieux disponibles, s’il faut prendre rendez-vous ou pas, et surtout les horaires.

Deuxième possibilité : si vous ne voulez pas sortir votre enfant fiévreux, certains laboratoires proposent de faire le prélèvement salivaire à domicile. Soit le laborantin se déplace, soit vous allez chercher un kit pour réaliser l’autoprélèvement. A condition de suivre scrupuleusement les consignes. L’enfant ne doit avoir ni mangé, ni bu, et ne pas s’être lavé les dents depuis trente minutes. Il n’a pas besoin de tousser ou de se racler la gorge, simplement de remplir sa bouche de salive, la retenir pendant trente secondes, puis cracher dans un tube ou un flacon au minimum 1 à 2 ml. S’il est difficile pour l’enfant de cracher, la salive peut être prélevée à l’aide d’une pipette. L’échantillon recueilli, placé dans un flacon stérile, doit être porté au labo et analysé dans les 24 heures.

Que faire une fois le résultat du test obtenu ?

Pour les tests PCR, selon les derniers chiffres de la Drees, le résultat arrive dans 97 % des cas dans les 24 heures. Pour un antigénique réalisé en pharmacie, vous aurez la réponse en 15 à 30 minutes.

Premier cas de figure : le résultat est négatif. Les parents doivent alors prévenir et faire parvenir le document au responsable de l’établissement. Et l’enfant pourra reprendre le chemin de l’école et continuer à fréquenter les activités périscolaires.

En revanche, si le résultat est positif au Covid-19, même sans symptôme, l’enfant devra rester à la maison pour un isolement de dix jours.

Si mon enfant est infecté, dois-je m’isoler en tant que parent ?

Ça dépend. Si vous n’êtes pas vacciné ou que vous êtes immunodéprimé, vous devez vous isoler immédiatement et jusqu’à sept jours après la date de guérison du malade, soit 17 jours à compter de l’apparition des symptômes ou du test du malade. Si vous êtes vacciné contre le Covid-19, vous n’êtes pas tenu de vous isoler. En revanche, il est fortement conseillé de surveiller votre état, de vous tester au moindre symptôme et de renforcer les mesures barrières.

Dernier cas de figure : votre enfant est infecté au variant Omicron. Sachant que  peu de cas sont apparus en France, mais que ce chiffre devrait grimper rapidement, vous devez absolument vous isoler.

Si mon enfant est infecté, puis-je être arrêté ?

L’activité partielle, qui était une option jusqu’ici, n’est plus valable. En effet, contacté, le ministère du Travail précise : « Maintenant que la règle a changé – quand un enfant est malade, toute la classe est testée –, il n’y a plus d’activité partielle pour classe fermée. Si vous êtes positif au Covid-19, vous êtes en arrêt maladie. Si en revanche votre test est négatif et que vous êtes en mesure en télétravailler, vous continuez votre activité. »

Or, la définition du télétravail impossible n’est pas la même pour tous. Il y a évidemment certaines professions (soignants, artisans…) pour lesquelles le distanciel est inenvisageable. Mais pour certains cadres, garder un enfant de 6 ans malade n’est pas évident. « C’est au salarié de négocier avec son employeur pour expliquer qu’avec un enfant en bas âge, il n’est pas en mesure de réaliser ses tâches », explique le cabinet d' Elisabeth Borne.