Coronavirus dans les Alpes-Maritimes : Indicateurs en hausse, intensification de la campagne vaccinale… Où en est-on de l’épidémie ?

COVID-19 « Je n’ose pas imaginer comment ça serait dans les hôpitaux s’il n’y avait pas eu les vaccinations », confie Eric Denis, infectiologue à l’hôpital d’Antibes

Elise Martin
— 
Tous les créneaux de la métropole niçoise pour le rappel de la troisième dose ont été pris en quelques heures, indique la responsable Véronique Borré
Tous les créneaux de la métropole niçoise pour le rappel de la troisième dose ont été pris en quelques heures, indique la responsable Véronique Borré — Syspeo / Sipa
  • Tous les indicateurs de circulation virale sont en hausse depuis plusieurs semaines dans les Alpes-Maritimes.
  • En plein dans la cinquième vague, l’objectif est d’intensifier la campagne vaccinale pour inciter la population à faire la troisième dose et « booster son immunité », comme le dit Véronique Borré, responsable de la logistique vaccinale pour la métropole niçoise.
  • A Nice, le Palais des expositions est redevenu un vaccinodrome pour effectuer 6.000 injections par jour.

Les chiffres ne cessent d’augmenter. Alors qu’en fin octobre, le taux d’incidence s’élevait à 62 cas positifs au Covid-19 pour 100.000 habitants, mi-novembre, il avait plus que doublé et passait à 132 personnes contaminées. Quinze jours plus tard, il a quasiment triplé et atteint, ce jeudi, 382 dans les Alpes-Maritimes, ce qui est au-dessus de la moyenne nationale, à 311, et qui dépasse largement le seuil d’alerte fixé à 50.

Des chiffres qui inquiètent. Dans son dernier rapport hebdomadaire, l’agence régionale de santé (ARS) Paca affirme : « Les indicateurs de circulation virale se dégradent de façon importante […]. Tous sont en hausse niveau régional, départemental et pour toutes les classes d’âge ». Si la tension hospitalière se maintient à 33 %, les admissions en soins critiques ont doublé en une semaine, passant de 60 à 121 patients Covid-19.

Moins d’hospitalisations pour un même nombre de cas

« On est dans une vraie nouvelle vague, confirme Eric Denis, infectiologue à l’hôpital d’Antibes, près de Nice. Là, on réagit un peu trop tard, c’est parti et elle s’arrêtera comme à chaque fois. » Il ajoute : « Les secteurs de l’hôpital sont pleins mais en comparaison à d’autres périodes avec un nombre de cas identiques, le nombre d’hospitalisations est moindre. Ce qui montre que le vaccin est efficace. On voit d’ailleurs que le département fait partie des bons élèves à ce niveau-là et ce sera sûrement notre chance pour éviter le pire. Je n’ose pas imaginer ce que ça aurait été sans vaccination. »

D’ailleurs, depuis mercredi, le Palais des expositions est redevenu « un vaccinodrome ». « Quand on a eu les annonces du gouvernement, on a envoyé un texto à tous les métropolitains éligibles pour une troisième dose et samedi soir, tous les créneaux étaient pris. Il y a une réelle volonté de se faire vacciner sur le territoire », affirme Véronique Borré, responsable de l’agence de sécurité sanitaire, environnementale et de gestion des risques qui gère la logistique vaccinale pour la métropole Nice Côte d’Azur.

Objectif : booster la vaccination pour la métropole niçoise

Ce site va permettre « 6.000 injections par jour » grâce aux « 40 box et 250 personnels », précise la responsable. « L’idée est de pouvoir simplifier et intensifier cette campagne vaccinale dans des conditions sanitaires optimales, comme assurer les gestes barrières et donc avoir de l’espace, d’où la réquisition du Palais des expositions. »

Pour booster la vaccination, la métropole vise d’abord les plus de 65 ans, qui ont été vaccinés en premier, pour faire leur troisième dose et « assurer leur immunité face au coronavirus ». « On leur a pris un rendez-vous et on leur transmet. Même ceux qui se présentent sans rendez-vous sont pris en charge », assure Véronique Borré.

Elle rappelle : « La métropole niçoise regroupe 50 % de la population du département. Notre force depuis le début, et ce qui fait qu’on est à neuf points au-dessus de la moyenne nationale en termes de couverture vaccinale, c’est qu’on a des antennes vaccinales un peu partout. A Saint-Laurent-du-Var, à Beaulieu, à Saint-Étienne-de-Tinée, à la Trinité, sans oublier nos équipes mobiles qui se rendent dans les salles municipales comme à Saint-Martin-Vésubie. »

Port du masque obligatoire prolongé dans les Alpes-Maritimes

Ce jeudi, la préfecture a reconduit l’arrêté sur le port du masque obligatoire pour les personnes de onze ans et plus, jusqu’au 20 décembre inclus. Il reste exigé dans les marchés, les voies urbaines à la circulation piétonne ou encore dans les centres-villes commerçants, les manifestations et dans un périmètre de 50 m autour des établissements, notamment scolaires. Le masque est également obligatoire dans tous les établissements recevant du public en intérieur, y compris ceux où le pass sanitaire est obligatoire.