Coronavirus : Le variant Omicron était déjà présent aux Pays-Bas le 19 novembre

EPIDEMIE Des contrôles sont actuellement en cours pour voir dans quelle mesure le nouveau variant a pu de propager

M.F avec AFP
— 
A Amsterdam aux Pays-Bas, les voyageurs sont testés à l'aéroport de Schiphol.
A Amsterdam aux Pays-Bas, les voyageurs sont testés à l'aéroport de Schiphol. — Paulo Amorim/Sipa USA/SIPA

Déjà là, avant même qu’on ne connaisse son existence. L’Institut néerlandais de la santé et de l’environnement (RIVM) a annoncé mardi qu’il avait « détecté le variant Omicron dans deux échantillons de test qui avaient déjà été prélevés aux Pays-Bas (…) les 19 et 23 novembre 2021 ». Cette nouvelle date tombe une semaine plus tôt que ce qui était estimé jusqu’ici, mais aussi six jours avant que l’Afrique du Sud ne rapporte à l’Organisation mondiale de la santé avoir détecté ce nouveau variant le 24 novembre, suscitant un vent de panique et une interdiction de nombreux territoires des voyageurs en provenance de l’Afrique australe.

Les Pays-Bas avaient annoncé lundi que 14 personnes étaient porteuses du variant Omicron dans le pays, figurant toutes parmi les passagers partis d’Afrique du Sud et diagnostiqués positifs au Covid-19 vendredi dernier à leur arrivée à Amsterdam.

Seize cas confirmés aux Pays-Bas

Il n’est pas encore possible de savoir « si les personnes concernées (dans les cas précédents) se sont également rendues en Afrique australe », a précisé le RIVM, ajoutant que les personnes testées avaient été informées et que les services de santé municipaux avaient commencé à enquêter sur leurs contacts.

« Au cours de la période à venir, diverses études seront menées sur la diffusion du variant Omicron aux Pays-Bas », a déclaré l’institut, ajoutant qu’il réexaminerait davantage d’échantillons des tests précédents. Avec 16 cas désormais confirmés, les Pays-Bas comptent l’un des chiffres de contaminations par le nouveau variant les plus élevés d’Europe à ce stade.