Coronavirus : Prévoir l’adaptation des vaccins au nouveau variant est « prématuré » pour l’agence européenne

EPIDEMIE Plusieurs pays européens ont stoppé ou restreint sans plus attendre les vols depuis l’Afrique australe

M.F avec AFP
— 
On ne sait pas encore si les vaccins contre le Covid-19 en circulation en Europe seront efficace contre le nouveau variant détecté en Afrique du Sud. (Illustration vaccin Pfizer)
On ne sait pas encore si les vaccins contre le Covid-19 en circulation en Europe seront efficace contre le nouveau variant détecté en Afrique du Sud. (Illustration vaccin Pfizer) — Visar Kryeziu/AP/SIPA

Alors que l’apparition d’un nouveau variant en Afrique du Sud du coronavirus inquiète les autorités de plusieurs pays, le régulateur européen appelle à ne pas se précipiter. L’Agence européenne des médicaments (EMA) a déclaré a ainsi déclaré vendredi dans un communiqué qu’il était « prématuré à l’heure actuelle de prévoir l’adaptation des vaccins (…) afin de lutter contre ce variant émergent ».

« Nous surveillons de près le variant B.1.1.529 nouvellement apparu, qui présente de nombreuses mutations dans la protéine de pointe du Covid-19 », a ajouté l’EMA qui dit avoir besoin de plus de détails pour voir si la souche, qui présente de « nombreuses mutations », pourrait échapper aux quatre vaccins actuellement autorisés au sein de l’Union européenne.

Un variant potentiellement très contagieux

Baptisé pour l’instant B.1.1.529, le nouveau variant détecté en Afrique du Sud et aux multiples mutations est potentiellement très contagieux, selon des scientifiques sud-africains, qui y voient les signes d’une nouvelle vague de pandémie. La Belgique a vendredi été le premier pays européen à avoir détecté un cas. La Commission européenne a proposé vendredi aux Etats membres de suspendre les vols en provenance et à destination de l’Afrique australe et des autres pays touchés par l’apparition du nouveau variant.

L’EMA a jusqu’à présent approuvé quatre vaccins destinés aux adultes dans l’UE : Pfizer-BioNTech et Moderna, qui utilisent la technologie de l’ARN messager, et AstraZeneca et Johnson & Johnson, qui utilisent la technologie adénovirus. BioNTech a déclaré vendredi qu’il attendait des données sur la protection de son vaccin contre le nouveau variant « dans deux semaines au plus tard ».