Rennes : Le CHU obtient une rallonge de 80 millions d’euros pour sa reconstruction

SEGUR DE LA SANTE L’annonce a été faite ce vendredi matin par Olivier Véran lors d’un déplacement à Brest

Jérôme Gicquel
— 
Un soignant marche dans les couloirs du CHU Pontchaillou, à Rennes.
Un soignant marche dans les couloirs du CHU Pontchaillou, à Rennes. — C. Allain / 20 Minutes

Un cadeau de Noël avant l’heure. Engagé depuis plusieurs mois dans un vaste projet de reconstruction, le CHU de Rennes va bénéficier d’une aide supplémentaire de 80 millions d’euros de la part de l’État. L’annonce a été faite ce vendredi matin par Olivier Véran lors d’un déplacement à Brest où le ministre a détaillé le volet breton du Ségur de la santé.

Cette enveloppe s’ajoute aux 87 millions d’euros que l’établissement hospitalier rennais avait déjà obtenus en 2019, portant ainsi à 167 millions d’euros le soutien de l’État. Dévoilé en 2017, ce projet de reconstruction vise à moderniser et à regrouper sur le site unique de Pontchaillou l’ensemble des activités de médecine, de chirurgie et d’obstétrique qui sont aujourd’hui éclatées sur cinq sites. A l’horizon 2026, l’hôpital Sud quittera ainsi le quartier du Blosne pour rejoindre Pontchaillou où un nouveau bâtiment femme-mère-enfant verra le jour.

Une enveloppe de 855 millions d’euros pour les hôpitaux bretons

La reconstruction complète du CHU de Rennes devrait prendre fin en 2029 avec un projet chiffré à 761 millions d’euros, contre 535 millions prévus initialement. « Il permettra au CHU de consolider la mise en œuvre de son projet médical et soignant, de poursuivre le développement de son offre de soins et d’améliorer la réponse aux enjeux de santé publique de la métropole, un territoire en pleine croissance démographique », précise l’établissement hospitalier.

Plan général du nouveau CHU Pontchaillou.
Plan général du nouveau CHU Pontchaillou. - CHU de Rennes

Dans le cadre du Ségur de la santé, ce sont 855 millions d’euros d’aides qui vont être investis au total pour moderniser les hôpitaux bretons et participer à leur désendettement.