Coronavirus : Rappel vaccinal, pass sanitaire, protocole à l’école… L'essentiel des annonces d'Olivier Véran

EPIDEMIE Les ministres de la Santé et de l’Education ont annoncé ce jeudi une série de nouvelles mesures pour endiguer la 5e vague de l’épidémie de coronavirus qui démarre de façon « fulgurante »

C.P. avec AFP
— 
Coronavirus: L'essentiel des annonces d'Olivier Véran face à la 5e vague — 20 Minutes
  • Plus de 30.000 cas de contamination au Covid-19 ont été enregistrés en vingt-quatre heures lundi, alors que le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal a évoqué une cinquième vague « fulgurante ».
  • Ce jeudi, les ministres Olivier Véran et Jean-Michel Blanquer ont annoncé une nouvelle série de mesures qui devraient permettre de lutter contre le rebond épidémique.
  • Pas de confinement, ni de couvre-feu, ni de télétravail massif. Cependant, la dose de rappel vaccinal est désormais ouverte à tous les adultes et le pass sanitaire sera désactivé au bout de sept mois si ce rappel n’a pas été fait. Entre autres.

« Oui la France connaît une cinquième vague et oui elle sera sans conteste plus longue et plus forte que la quatrième vague que l’on a connue cet été, mais il n’y a aucune fatalité face au coronavirus et à ses cycles. » Le ministre de la Santé Olivier Véran a tenté de rassurer ce jeudi les nombreux Français assaillis par un « sentiment de lassitude et de jour sans fin » lors d’une énième conférence de presse en compagnie de directeur général de la Santé, Jérôme Salomon, et du ministre de l’Education nationale, Jean-Michel Blanquer.

Alors que la barre des 36.000 nouveaux cas positifs en vingt-quatre heures a été franchie ce lundi – un niveau qui correspond du pic atteint au mois d’août –, le ministre a d’emblée exclu d’annoncer « un confinement, un couvre-feu, une fermeture anticipée des magasins ou une limitation des déplacements » et ce, grâce à la forte couverture vaccinale qui permet de réduire le risque de développer des formes graves ou d’être hospitalisés. Voici les principales annonces de sa prise de parole.

Le rappel de vaccination pour tous les adultes dès 18 ans

La Haute autorité de santé (HAS) en avait fait la recommandation ce jeudi matin : le gouvernement a annoncé l’ouverture dès ce samedi de la troisième dose de rappel du vaccin anti-covid pour tous les adultes, dès 18 ans, et dès le cinquième mois après la deuxième dose. « En pratique cela concerne 25 millions de Français dont six millions ont déjà reçu leur rappel, il reste donc 19 millions de Français à date qui deviennent éligibles au rappel de vaccination et que nous appelons à se faire vacciner dans les deux prochains mois », a-t-il précisé.

Le rappel vaccinal obligatoire pour valider son pass sanitaire

« A compter du 15 décembre, le pass sanitaire pour les plus de 65 ans ne sera plus actif si le rappel n’a pas été fait dans un délai de sept mois après l’infection ou après la dernière injection. Et à compter du 15 janvier, ce pass sanitaire de tous les autres publics, c’est-à-dire les Français âgés de 18 à 64 ans, ne sera plus actif si le rappel n’a pas été fait dans ce délai qui reste inchangé de sept mois après la dernière injection », a déclaré Olivier Véran.

La validité des tests pour le pass sanitaire ramenée à 24 heures

A partir du 29 novembre, la durée de validité des tests négatifs au Covid-19 ouvrant droit au pass sanitaire pour les personnes non-vaccinées va être ramenée de 72 heures à 24 heures. « Il faudra alors vous faire tester tous les jours et à vos frais », a indiqué le ministre de la Santé, sauf si vous êtes symptomatiques avec une ordonnance de votre médecin ou déclaré cas contact par l’assurance maladie ».

Dès ces annonces, la plateforme de prise de rendez-vous Doctolib était prise d’assaut et son accès très perturbé. Le ministre de la santé s’est toutefois montré rassurant, affirmant qu’il y avait « assez de doses de Pfizer et Moderna », « tout le monde pourra être vacciné dans les délais » a-t-il assuré, rappelant la vaccination était possible auprès de tous les professionnels de santé de ville (médecins, infirmiers, laboratoires biologiques, pharmaciens, kiné) et dans les centres de vaccinations qui allaient rouvrir « dès ce week-end ».

Retour du port du masque obligatoire à l’intérieur

A compter de vendredi, « un décret rendra à nouveau obligatoire le port du masque partout en intérieur » dans les lieux recevant du public, y compris les lieux où le pass sanitaire est réclamé, a annoncé Olivier Véran. « Les préfets seront aussi habilités à rendre obligatoire le port du masque pour des événements en extérieur, tels que par exemple les marchés de Noël », qui seront soumis au pass sanitaire, « ou des brocantes », a-t-il précisé.

La vaccination des enfants à l’étude

La France étudie la possibilité de vacciner les enfants de 5 à 11 ans contre le Covid-19, mais dans tous les cas, cela n’aura pas lieu avant « début 2022 », a indiqué le ministre de la Santé, qui a saisi les autorités sanitaires nationales après l’approbation du vaccin de Pfizer pour les 5-11 ans par l’Agence européenne du médicament (EMA).

La prescription de Molnupiravir, pilule anti-Covid, autorisée

Olivier Véran a annoncé que la prescription du Molnupiravir, commercialisé sous le nom de Lagevrio, était désormais autorisée après qu’il a reçu le feu vert de l’Agence européenne du médicament. Le Molnupiravir, antiviral administré par voie orale à prendre dès les premiers symptômes du Covid-19 pour éviter une aggravation de la maladie, a été développé par le laboratoire américain Merck. Le ministre de la Santé assuré « fonder beaucoup d’espoir » sur cette pilule qui sera « réservée aux personnes sujettes aux formes graves, qui ont plus de 65 ans et sont symptomatiques ou ont parce qu’elle ont des maladies chroniques ». « La France sera le premier pays européen à en faire bénéficier ses citoyens », a encore fait savoir Olivier Véran, avant d’assurer que ce médicament, s’il est administré dans les cinq premiers jours, « peut réduire par deux le risque d’être hospitalisé ».

Un nouveau protocole sanitaire dans les écoles primaires

A partir de la semaine prochaine, il n’y aura plus de fermeture systématique des classes de primaire dès le premier cas positif mais un dépistage systématique, « Dès la semaine prochaine, lorsqu’un élève est testé positif, tous les élèves de la classe sont testés à leur tour et seuls les camarades testés positifs restent à la maison », a indiqué le ministre de l'Education Jean-Michel Blanquer, soulignant que « 8.500 écoles (étaient) fermées hier (mercredi), contre 4.100 le 19 novembre ».

Peu avant cette conférence de presse, la ministre du travail Elisabeth Borne avait annoncé un renforcement du protocole sanitaire au travail pour faire face au rebond du Covid-19 : en matière de restauration collective, « en l’absence de pass sanitaire dans ces lieux, et dans le contexte de reprise de l’épidémie, nous envisageons d’en revenir à une règle de deux mètres entre chaque personne à table, dès lors que le masque n’est pas porté », a fait savoir le ministère, à l’issue d’une réunion avec les partenaires sociaux. Les moments de convivialité ne sont quant à eux « plus recommandés ».

En ce qui concerne le télétravail, le gouvernement confirme qu’il n’envisage pas, à date, de modification du protocole, mais la ministre Elisabeth Borne a néanmoins invité les employeurs « à faciliter son déploiement, en tenant compte des enjeux d’organisation du travail, des risques liés à l’isolement des salariés, ou encore de la difficulté à respecter les gestes barrières ».