Coronavirus : Gabriel Attal assure que « notre situation épidémique se dégrade très nettement »

EPIDEMIE Le gouvernement devrait prochainement acter « l’accélération » du calendrier de vaccination

M.F avec AFP
— 
Le secrétaire d'État et porte-parole du gouvernement français, Gabriel Attal, s'exprime lors d'une conférence de presse à l'issue du conseil des ministres à l'Elysée à Paris le 24 novembre 2021.
Le secrétaire d'État et porte-parole du gouvernement français, Gabriel Attal, s'exprime lors d'une conférence de presse à l'issue du conseil des ministres à l'Elysée à Paris le 24 novembre 2021. — Thomas COEX / AFP

Le gouvernement semble de moins en moins optimiste sur la situation épidémique du pays. Pour le porte-parole du gouvernement, « le constat est sans appel : notre situation épidémique se dégrade très nettement », a déclaré ce mercredi Gabriel Attal à l’issue d’un Conseil de défense et du Conseil des ministres. « Il y a quelques jours, je parlais d’un début de vague fulgurante et cela se confirme avec un taux de reproduction du virus, qui est estimé aujourd’hui à 1,6 et qui devrait très probablement continuer à augmenter dans les prochains jours et les prochaines semaines », a-t-il averti.

Face à cette accélération de l’épidémie, le gouvernement n’a toutefois pas fait d’annonce concrète, renvoyant à une conférence de presse jeudi à la mi-journée par le ministre de la Santé, Olivier Véran. Gabriel Attal a cependant prévenu que des mesures sont prévues selon trois grands axes : « l’accélération de la campagne de rappel vaccinal », « le renforcement du pass sanitaire » et « le renforcement des mesures barrières » comme le port du masque.

La dose de rappel étendue au moins de 50 ans ?

Sur le premier plan, Olivier Véran devrait préciser à qui la dose de rappel, dite troisième dose, de vaccin anti-Covid sera ouverte dans les prochaines semaines. Actuellement, les plus de 65 ans peuvent la recevoir, ainsi que les personnes à risque et les soignants. Le président Emmanuel Macron a annoncé début novembre que tous les plus de 50 ans pourraient en bénéficier à partir de décembre, et la Haute autorité de santé (HAS) est allée encore plus loin en la recommandant dès maintenant aux plus de 40 ans.

Quant au pass sanitaire, l’enjeu est de savoir comment le conditionner au rappel selon les tranches d’âge. Pour l’heure, seuls les plus de 65 ans ont la perspective de devoir recevoir leur rappel pour continuer à bénéficier de ce document, un mécanisme qui doit démarrer le 15 décembre.