Coronavirus : « Nous devrions pouvoir limiter l’impact de cette cinquième vague », estime le président du Conseil scientifique

CINQUIEME VAGUE Sur France Inter, Jean-François Delfraissy a souligné que la vaccination et les gestes barrières restaient le meilleur moyen d’épargner un système hospitalier déjà éprouvé

X. R.
— 
Jean-François Delfraissy, président du conseil scientifique
Jean-François Delfraissy, président du conseil scientifique — JOEL SAGET / AFP

C’est un « probablement » qu’on jugera inquiétant ou rassurant, c’est selon. Le système de soins aura « probablement la capacité » de faire face à la cinquième vague de Covid-19 qui commence à toucher la France. Voilà pour la prédiction du président du Conseil scientifique, Jean-François Delfraissy, interrogé ce mercredi matin sur France Inter. Et encore, c’est à condition que « tous les outils » comme la vaccination et les gestes barrières soient utilisés au maximum.

Jean-François Delfraissy s'est satisfait toutefois que la France ait été « le bon élève de la vaccination avec l’Espagne et l’Italie », et a rappelé qu’il était normal que l’efficacité du vaccin diminue après six mois. « C’est extraordinaire de les avoir eu aussi vite. Ils protègent de manière très forte contre des formes graves du Covid-19 », mais moins contre l’infection et la transmission. Toujours sur France Inter, le président du Conseil scientifique a souligné ce matin que la troisième dose était efficace dès 48 heures après injection, avec « une réponse immunitaire beaucoup plus forte », dix fois supérieure à la deuxième dose.

20.000 nouveaux cas mardi

Le médecin a également estimé qu' « on sera amenés très probablement à aller vers une troisième dose » de vaccin « en population générale », même s’il n’y a pas d’urgence pour les moins de 50 ans. Jean-François Delfraissy a ajouté que « si ce virus devenait «endémique», il ne fallait exclure «d’aboutir à la construction régulière, comme la grippe, d’un vaccin tous les ans». Il a ensuite a appelé à mieux appliquer le pass sanitaire et à remettre le masque au maximum.

« Nous avons les outils, nous devrions pouvoir limiter l’impact de cette cinquième vague, mais ça va être difficile avec un système hospitalier qui est fatigué », a enfin répété Jean-François Delfraissy, redoutant plus d’un millier d’hospitalisations par jour en décembre.

La cinquième vague se reflète déjà dans les indicateurs et ses prémices sont visibles depuis mi-octobre, selon le rpésident du Conseil scientifique : sur les sept derniers jours, 2.574 patients ont été hospitalisés, dont 585 admis en soins critiques. Environ 11.000 cas de Covid-19 en moyenne sont recensés par jour. Mardi, près de 20.000 nouveaux cas ont été signalés en 24 heures. « Je reste d’un optimisme prudent », a tempéré le président du Conseil scientifique, relevant par ailleurs que l’on n’avait « pas suffisamment compris, y compris dans le milieu médical, (à quel point) le variant Delta est extrêmement transmissible ».