Coronavirus au Maroc : Le royaume renforce les contrôles à ses frontières, en particulier pour les touristes européens

EPIDEMIE La plupart des pays de l’Union européenne, dont la France et l’Allemagne, sont concernés, comme la Tunisie et l’Algérie

20 Minutes avec AFP
— 
Outre un pass sanitaire et un test PCR négatif, il faudra se refaire tester à l'entrée dans le pays.
Outre un pass sanitaire et un test PCR négatif, il faudra se refaire tester à l'entrée dans le pays. — Robin Utrecht//SIPA

La nouvelle vague de cas de coronavirus inquiète bien au-delà de l’Europe. Au Maroc, important pays touristique, les autorités ont décidé de renforcer les contrôles à la frontière pour éviter une hausse des cas dans le royaume. Ainsi, outre le pass sanitaire obligatoire et des tests PCR négatifs, il sera procédé, à l’arrivée au Maroc, à un double contrôle, par caméras thermiques et thermomètres électroniques, ainsi que par tests antigéniques, détaille le communiqué du Comité interministériel de suivi du Covid.

Ces mesures concernent toutes les personnes en provenance des pays dits de « la liste B », soit la France, plusieurs pays de l’Union européenne ainsi que le Royaume-Uni, l’Algérie et la Tunisie, selon la dernière actualisation du ministère des Affaires étrangères. Tout passager testé positif à l’arrivée sera renvoyé immédiatement dans son pays d’origine, à la charge de la compagnie de transport aérien ou maritime, à l’exception des résidents permanents au Maroc, conclut le communiqué.

Le mois dernier, les autorités marocaines avaient déjà suspendu les vols depuis et vers l’Allemagne, les Pays-Bas, le Royaume-Uni et la Russie à cause de l’évolution de la situation sanitaire dans ces quatre pays.

Moins de cas et une campagne de vaccination efficace

La courbe des contaminations et des décès décroît régulièrement dans ce pays d’Afrique du Nord depuis le début de l’automne. Le gouvernement a annoncé cette semaine, mardi, la levée du couvre-feu national en vigueur depuis les premiers mois de la pandémie en 2020 à la suite de « l’amélioration de la situation épidémiologique » dans le royaume. Cette décision fait « suite aux résultats positifs réalisés dans le cadre de la campagne nationale de vaccination », selon le gouvernement.

Le pays mise sur cette campagne de vaccination pour enrayer la pandémie : plus de 24,35 millions de personnes (sur 36 millions d’habitants) ont reçu la première dose de vaccin et quelque 22,39 millions la deuxième. Mais si une large majorité de la population participe à la campagne de vaccination, le caractère obligatoire du pass soulève des protestations dans la rue et sur les réseaux sociaux.