Grève à l’hôpital : Des infirmiers anesthésistes appellent à une semaine « bloc mort »

MECONTENTEMENT Des collectifs d’infirmiers anesthésistes diplômés d’Etat (IADE) reprochent au gouvernement de ne pas accéder à leurs revendications en termes de statut et de salaire

M.F avec AFP
— 
Le 17 mai 2021 déjà, les infirmiers anesthésistes avaient manifesté pour une meilleure reconnaissance de leur profession.
Le 17 mai 2021 déjà, les infirmiers anesthésistes avaient manifesté pour une meilleure reconnaissance de leur profession. — Anne-Christine POUJOULAT / AFP

Opération « bloc mort » dans les hôpitaux depuis ce lundi. Afin d’obtenir « une juste reconnaissance de leur profession », des infirmiers anesthésistes ont promis « un net ralentissement de l’activité opératoire programmée, hors urgences ». Ces collectifs, ralliés sous la bannière « IADE united » réclamant « une reconnaissance législative, réglementaire et financière de leur profession », intégrant « la pénibilité de leur exercice », ainsi que « le respect (de leurs) compétences exclusives ». Ils sont actuellement couverts par un préavis de grève déposé par la CGT, pour la période du 2 au 11 novembre inclus.

Les infirmiers anesthésistes « sont en lutte depuis plus d’un an » et « n’ont plus rien à perdre », affirment les collectifs dans un communiqué dénonçant « l’absence de volonté gouvernementale d’accéder (à leurs) revendications légitimes », en termes de statut et de salaire. Ils appellent par conséquent à « une semaine "bloc mort", semaine noire sans IADE », afin de « forcer le gouvernement à faire évoluer favorablement leur profession ».

« De fortes perturbations devraient être attendues à partir de ce lundi 8 novembre dans l’ensemble des blocs opératoires du territoire, avec un net ralentissement de l’activité opératoire programmée, hors urgences », préviennent-ils.