Vaccin anti-Covid : Paris réclame une redistribution plus équitable aux pays en développement

CORONAVIRUS « Il faudra 100 milliards de dollars pour aider les pays en développement à relancer leur activité économique », estime Bruno Le Maire

20 Minutes avec AFP
— 
Des dollars et des vaccins contre le Covid-19 (illustration).
Des dollars et des vaccins contre le Covid-19 (illustration). — ALLILI MOURAD

Plaidant pour une « redistribution plus forte des vaccins » à destination des pays en développement, la France a estimé, ce vendredi à Rome, qu’il fallait débloquer 100 milliards de dollars pour les aider à relancer leurs économies terrassées par la pandémie de coronavirus.

« Les pays développés ont consacré 25 % de leur richesse nationale à la protection et la relance de leurs économies pendant la crise, et les pays en développement 2,5 %, dix fois moins », a déclaré le ministre français de l’Economie Bruno Le Maire en marge d’une réunion des ministres des Finances et de la Santé du G20.

Risques d’insécurité et de terrorisme

« L’un des risques importants à long terme, c’est qu’au sortir de cette crise, les pays développés redémarrent très vite et très fort, alors que les pays en développement sont confrontés à de grandes difficultés », a-t-il fait valoir. « Cette grande divergence est l’un des risques stratégiques majeurs qui peut se traduire par de l’insécurité, par du terrorisme et par des flux migratoires massifs », a prévenu Bruno Le Maire.

Pour y « apporter des réponses concrètes », il faudra assurer « un meilleur partage des vaccins à destination des pays en développement ». En outre, « il faudra 100 milliards de dollars pour aider les pays en développement à relancer leur activité économique ».

Une aide de 650 milliards de dollars

Selon Bruno Le Maire, il est primordial de « rééquilibrer le soutien économique aux pays en développement pour éviter cette grande divergence qui est une menace majeure pour la stabilité de la planète dans les années à venir », a-t-il insisté.

Les ministres des Finances du G20 ont approuvé lors de leur dernière réunion à Washington à la mi-octobre l’initiative du Fonds monétaire international d’augmenter l’aide aux pays les plus vulnérables, sous la forme d’une nouvelle émission de droits de tirage spéciaux (DTS) d’un montant de 650 milliards de dollars. Mais contrairement à leurs homologues du G7, qui se sont engagés à reverser 100 milliards d’euros de DTS aux pays en développement, les ministres du G20 n’ont pas précisé le montant qui leur serait redistribué.