Soignants : 1.300 étudiants infirmiers ont démissionné entre 2018 et 2021, annonce Olivier Véran

HOPITAL Le ministre de la Santé a promis qu’une enquête serait lancée pour en comprendre les raisons

M.A.
— 
Martin Hirsch avec Oliver Véran en 2020.
Martin Hirsch avec Oliver Véran en 2020. — Jacques Witt/SIPA

Alors que l’hôpital public est confronté à une pénurie de soignants, près de 1.300 étudiants infirmiers ont démissionné entre 2018 et 2021, a déclaré le ministre de la Santé, Olivier Véran, ce jeudi, en visite à l’hôpital de Blois (Loir-et-Cher).

« Chez les infirmiers, il y a 1.300 démissions enregistrées, nous essayons de comprendre les raisons », a déclaré le ministre de la Santé. Selon Olivier Véran, ces étudiants qui sont arrivés pour « leur premier stage à l’hôpital en pleine vague épidémique de Covid » ont pu être découragés, a-t-il déclaré, ajoutant que « cet hôpital ne correspond pas à l’hôpital du quotidien ».

« Loin des 20 % » de lits fermés

« Il y a de la fatigue, on peut l’entendre. Il y a des soignants qui ont dû repousser leurs congés parce qu’il fallait sauver des vies (…) Il y a des soignants qui sont arrivés au bout de ce qu’ils étaient capables de donner et qui aujourd’hui ressentent de la fatigue, qui ont besoin de prendre du temps pour eux », a reconnu le ministre de la Santé.

« Ici, à Blois, il y a 5 lits de médecine qui sont fermés sur 230 lits que compte l’hôpital. On est loin des 20 % dont j’entendais parler hier », a répondu Olivier Véran, réagissant à l’avis du Conseil scientifique, rendu début octobre, faisant état de 20 % des lits fermés dans les hôpitaux. Si l’ancien neurologue a reconnu, mercredi, une situation « compliquée », il a contesté ce chiffre, précisant qu’on en était « loin ».