Coronavirus : L’OMS dévoile un nouveau plan de lutte contre l’épidémie et réclame 23,4 milliards de dollars

EPIDEMIE Ce plan vise à aider les pays les plus à risque à se procurer et déployer des moyens de lutte contre le coronavirus 

20 Minutes avec AFP
— 
Le siège de l'OMS, à Genève, en Suisse.
Le siège de l'OMS, à Genève, en Suisse. — Xinhua News Agency.All Rights Re

Un nouveau plan de lutte contre l’épidémie de coronavirus dans les pays les moins riches a été dévoilé, ce jeudi, par l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), qui réclame 23,4 milliards de dollars sur les 12 prochains mois pour le financer.

Le partenariat des principales agences de santé mondiales (appelé accélérateur ACT) « a besoin de 23,4 milliards de dollars pour aider les pays les plus à risque à se procurer et déployer des moyens de lutte contre le Covid-19 dès maintenant et jusqu’à septembre 2022 », indique un communiqué de l’OMS, soulignant que cette somme est minuscule par rapport aux milliers de milliards de dollars de pertes économiques provoquées par la pandémie et au coût des plans de relance.

La pandémie « est loin d’être finie »

« L’accès inéquitable aux tests de Covid-19, aux traitements et aux vaccins prolonge la pandémie dans le monde entier et présente le risque de l’émergence de nouveaux variants plus dangereux qui pourraient échapper aux moyens de lutte existant contre la maladie », poursuit-elle. La pandémie, qui a déjà fait près de cinq millions de morts depuis qu’elle a commencé en Chine fin 2019, «est loin d'être finie», a expliqué le directeur général de l’OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus, au cours d’un point de presse.

« Jusqu’à présent, seuls 0,4 % des tests et 0,5 % des vaccins injectés​ dans le monde entier ont été utilisés dans les pays à faibles revenus, malgré le fait que ces pays comptent pour 9 % de la population mondiale », insiste encore le communiqué. Le patron de l’OMS répète ce même message depuis longtemps et réclame des montants équivalents depuis au moins six mois, mais sans être entendu. Il a réitéré son appel aux chefs d’Etat et de gouvernement des pays du G20, qui doivent se réunir ce week-end à Rome, à financer « en totalité » la nouvelle stratégie dévoilée jeudi.