Montpellier : Les Bonnes fées ouvrent un espace bien-être pour les patientes en chimiothérapie

MISS FRANCE L'association, portée par 17 Miss France, a inauguré une nouvelle Maison des Bonnes fées au service oncologique de l'hôpital Saint-Eloi

Nicolas Bonzom
— 
Amandine Petit, Miss France 2021, et Sylvie Tellier, lors de l'ouverture de la Maison des Bonnes fées du CHU de Montpellier
Amandine Petit, Miss France 2021, et Sylvie Tellier, lors de l'ouverture de la Maison des Bonnes fées du CHU de Montpellier — N. Bonzom / Maxele Presse
  • L’association les Bonnes fées, portée par 17 Miss France, a inauguré une nouvelle Maison des Bonnes fées au service oncologique de l’hôpital Saint-Eloi, à Montpellier.
  • Dans cet espace, on propose aux patientes des soins de bien-être.
  • Depuis l’ouverture de cet espace, dans le service d’oncologie, « il y a des rires, il y a des sourires, malgré la maladie », reprend Patricia Fournier-Fabre, cadre de santé.

Des miroirs, des pinceaux, des palettes de maquillage. Rien ne permet de dire, à première vue, que l’on se trouve au cœur du service d’oncologie du CHU​ de Montpellier (Hérault). Et pourtant, si. Lundi, l'association les Bonnes fées, portée par 17 Miss France, a inauguré à l’hôpital Saint-Eloi une Maison des Bonnes fées, un espace de bien-être, destinée à accueillir les patientes en chimiothérapie. Ici, on tente de mettre la maladie entre parenthèses, le temps d’un maquillage ou d’un soin.

Chaque jour, une dizaine de patientes sont accueillies à la Maison des Bonnes fées. « Et lorsqu’elles ne peuvent pas se déplacer, c’est la socio-esthéticienne qui se rend dans les chambres », explique Patricia Fournier-Fabre, cadre de santé en oncologie médicale au CHU de Montpellier. « Nous avons déjà, à l’hôpital, des soins techniques de très haute qualité. Nous voulions ajouter un petit plus, autre chose que de la chimiothérapie. Pour les patientes, disposer d’un petit cocon, venir ici en pensant à autre chose que la maladie, autre chose que les effets secondaires des traitements, c’est hyper important. »

« Il y a des rires, il y a des sourires, malgré la maladie »

Depuis l’ouverture de cet espace, dans le service d’oncologie, « il y a des rires, il y a des sourires, malgré la maladie, reprend Patricia Fournier-Fabre. Nous avons réussi à mettre de la joie sur le visage des patientes, c’est le plus grand bonheur que l’on puisse avoir. » « C’est pour plein de belles causes que l’on devient Miss France, et celle-ci, elle en fait partie », confie Amandine Petit, Miss France 2021, qui a inauguré cet espace, lundi.

L’espace bien-être du CHU de Montpellier est la quatrième Maison des Bonnes fées en France, après celles de l’Institut de cancérologie de Nancy, du centre Léon-Bérard de Lyon et du Centre Oscar Lambret de Lille. « Nous avons le projet d’en ouvrir 22, confie Sylvie Tellier, présidente de l’association et du comité Miss France. Nous œuvrons pour venir en aide aux femmes, en situation de détresse ou d’exclusion, et dans tous les moments de leur vie, dans les moments les plus joyeux, et les plus difficiles. »