Coronavirus en Australie : Toutes les frontières ne vont finalement pas rouvrir aux voyageurs étrangers

C'EST OUI OU BIEN C'EST NON ? Attention, la réouverture des frontières de la Nouvelle-Galles du Sud ne concerne que les citoyens australiens, les résidents et leurs familles immédiates

M.F avec AFP
— 
La compagnie aérienne Virgin Australia attend avec impatience la réouverture complète des frontières pour redémarrer son activité économique.
La compagnie aérienne Virgin Australia attend avec impatience la réouverture complète des frontières pour redémarrer son activité économique. — Rafael Ben-Ari/Chameleons Eye/Newscom/SIPA

Pour tous les acteurs du tourisme en Australie, c’est la douche froide. Alors que le Premier ministre de la Nouvelle-Galles du Sud Dominic Perrottet, avait annoncé en grande pompe la réouverture prochaine des frontières de cet Etat, le plus peuplé du pays, le gouvernement fédéral australien a démenti l’information. « Tout ce dont nous parlons maintenant concerne les citoyens australiens, les résidents et leurs familles immédiates », a démenti le Premier ministre australien Scott Morrison, excluant ainsi les visiteurs étrangers de la levée de restrictions.

Un sacré cafouillage, car début octobre, Dominic Perrottet avait annoncé à la (bonne) surprise générale que « pour les personnes doublement vaccinées du monde entier, Sydney, en Nouvelle-Galles du Sud », serait « ouverte aux affaires » dans le courant du mois de novembre. « La quarantaine dans les hôtels appartiendra au passé. C’est un jour important pour notre État », avait-il poursuivi.

Les conditions d’entrée les plus strictes au monde

L’Australie a fermé ses frontières il y a 19 mois, introduisant certaines des restrictions les plus strictes au monde en matière de Covid-19 et bloquant des dizaines de milliers d’Australiens à l’étranger. Toute personne qui entre en Australie doit obtenir une autorisation spéciale et débourser plusieurs milliers de dollars pour être enfermée dans une chambre d’hôtel pendant 14 jours.

Le gouvernement contrôle les frontières, tandis que les règles de quarantaine relèvent des États. Dans le cadre d’une feuille de route nationale post-pandémie, les frontières devaient rouvrir progressivement en novembre, mais seuls les Australiens et les résidents permanents seront autorisés à entrer, avec une quarantaine obligatoire à domicile.

Les compagnies aériennes pleines d’espoir

Dominic Perrottet, récemment nommé Premier ministre de l’État le plus peuplé d’Australie après la démission de son prédécesseur à la suite d’un scandale de corruption, a rapidement imprimé sa marque sur la réponse de Covid. Le confinement de Sydney, qui a duré plus de 100 jours, a été levé la semaine dernière et les restrictions sont progressivement supprimées, le taux de vaccination des adultes approchant les 80 %.

Malgré les messages contradictoires des gouvernements des États et du pays, les compagnies aériennes et l’industrie du voyage ont accueilli les déclarations de Dominic Perrottet comme un pas important vers la normalisation. La compagnie aérienne nationale Qantas a déclaré avancer la reprise des vols internationaux tandis qu’un porte-parole de Virgin Australia a salué une « nouvelle fantastique pour les voyageurs, le secteur de l’aviation et les milliers d’entreprises et de communautés de l’État qui comptent sur l’ouverture des frontières et l’injection économique que représente le tourisme ».

Le nombre de visiteurs a chuté de 98 %

Les 19 derniers mois ont été dévastateurs pour l’industrie touristique australienne, le nombre de visiteurs ayant chuté de 98 % par rapport aux niveaux antérieurs à la pandémie, selon les statistiques de Tourism Australia. Le plan de la Nouvelle-Galles du Sud devrait permettre à un plus grand nombre d’Australiens de rentrer chez eux, mais il risque d’entraîner des tensions avec d’autres États.

L’annonce de vendredi laisse entrevoir que les résidents de Sydney seront autorisés à se rendre à Paris mais pas à Perth, étant donné que les frontières de l’Australie occidentale avec le reste du pays restent fermées. Les experts médicaux ont prédit un pic de cas une fois les restrictions levées, et ont exhorté les responsables politiques à agir lentement.