Vous avez abandonné les déodorants avec sels d’aluminium à cause des risques de cancer du sein ? Racontez-nous

VOUS TEMOIGNEZ Une nouvelle étude pointe les risques de cancer du sein associés aux déodorants contenant des sels d’aluminium

A.B.
— 
Illustration d'un déodorant.
Illustration d'un déodorant. — JAUBERT/SIPA

Les antitranspirants augmentent-ils les risques de développer un cancer du sein​ ? Alors que la question agite et divise la communauté scientifique ces dernières années, une nouvelle étude menée par des chercheurs suisses de la Fondation des Grangettes, du Centre d’oncologie et d’hématologie Hirslanden de la clinique des Grangettes, et de l’Université d’Oxford, publiée en septembre dans la revue International Journal of Molecular Sciences, alerte sur les déodorants contenant des sels d’aluminium et les risques accrus de développer un cancer du sein.

« Les recherches menées permettent de montrer que l’aluminium altère l’ADN des cellules par des modalités équivalentes à celles de substances cancérigènes reconnues et confirment ainsi son potentiel cancérigène », affirme la Fondation des Grangettes dans un communiqué. Dans le doute, ces dernières années, de nombreuses personnes qui ont fait le choix de dire adieu à ces antitranspirants performants, leur préférant des formulations plus naturelles et plus saines pour l’organisme.

Est-ce votre cas ? Vous avez décidé de ne plus utiliser de déodorants contenant de sels d’aluminium ? Quand avez-vous entrepris ce changement ? Etait-ce motivé par la peur d’augmenter vos risques de développer un cancer du sein ? Pour quel type de déodorant avez-vous opté à la place (marque, fait maison…) ? Avez-vous trouvé un déodorant naturel efficace pour éviter une transpiration excessive et les mauvaises odeurs ? La transition a-t-elle été rapide et efficace ? Racontez-nous.