Déserts médicaux : Les maires ruraux demandent plus de soutien à l'Etat

RURALITE Le président de l’Association des maires ruraux de France estime que la santé a été oubliée dans les 181 mesures pour la ruralité

20 Minutes avec AFP
— 
Une ordonnance pour un vaccin contre la grippe.
Une ordonnance pour un vaccin contre la grippe. — Clément Follain / 20 Minutes

Les maires ruraux, réunis en congrès vendredi, ont demandé au Premier ministre Jean Castex plus de soutien, estimant que le « compte n’y est pas encore » notamment pour lutter contre les déserts médicaux. « Je veux vous parler de la santé, véritable oubliée de l’agenda rural », a affirmé Michel Fournier, président de l’Association des maires ruraux de France (AMRF) à propos d’un programme de 181 mesures pour la ruralité lancé il y a deux ans et inspirées par le «Grand débat» qui avait suivi la crise des «gilets jaunes». 

« L’Etat vient de démontrer durant la crise du Covid qu’il pouvait mobiliser les services, la population et les élus », a-t-il rappelé en accueillant le chef du gouvernement au 50e congrès de l’AMRF dans l’Yonne, regrettant l’absence « d’un interlocuteur de l’Etat » pour débattre à propos des déserts médicaux lors de cette journée.

« La bombe à retardement explosera »

« L’Etat doit désormais le faire avec la même énergie pour renverser l’équation de l’accès au soin. A défaut, la bombe à retardement explosera », a-t-il prévenu, dénonçant les difficultés pour les habitants du monde rural d’avoir accès à un médecin. « Que ce soit dans le domaine de l’emploi, de l’école, de la santé ou encore de la mobilité […] le compte n’y est pas encore », a souligné Michel Fournier.

Dans son intervention, Jean Castex, qui s’est présenté comme « un élu de la ruralité », a rappelé la levée du numerus clausus des études médicales. « Nous mettons le paquet sur la santé publique », a-t-il assuré. Le chef du gouvernement a par ailleurs précisé que le Plan de relance, de 100 milliards d’euros sur deux ans pour relancer l’économie française après la crise sanitaire, bénéficie déjà au monde rural à hauteur de 8,4 milliards contre les 5 milliards annoncés initialement, reconnaissant qu’il « s’était trompé ».

A Villevallier, juste avant l’ouverture du congrès de l’AMRF, Jean Castex a présidé la troisième réunion du Comité interministériel à la ruralité avec la participation de la ministre de la Cohésion des territoires, Jacqueline Gourault, du secrétaire d’Etat à la Ruralité, Joël Giraud, du secrétaire d’Etat au Numérique, Cédric O, et du secrétaire d’Etat au Tourisme, Jean-Baptiste Lemoyne.