Coronavirus : Le régulateur européen doit se prononcer sur la troisième dose début octobre

EPIDEMIE Cette troisième dose de vaccin contre le coronavirus serait injectée au moins six mois après la deuxième 

20 Minutes avec AFP
— 
Une vaccination à Paris en juin. (illustration)
Une vaccination à Paris en juin. (illustration) — MARTIN BUREAU / AFP

Le régulateur de l'Union européenne se prononcera sur une troisième dose du vaccin Pfizer/BioNTech contre le coronavirus pour la population de plus de 16 ans début octobre, a annoncé l’instance, ce jeudi.

L’Agence européenne des médicaments (AEM) doit en même temps se prononcer sur les doses de rappel des vaccins Pfizer et Moderna pour les personnes immunodéprimées, a déclaré à la presse le responsable de la stratégie vaccinale de l’AEM, Marco Cavaleri.

Une immunité qui diminue avec le temps

La protection contre le Covid-19 tend à décroître dans les mois suivant les premières doses, a-t-il indiqué. « Les données disponibles montrent que l’immunité contre le Covid-19 acquise avec les premières doses faiblit avec le temps, et la protection contre l’infection et ses symptômes décroît dans différentes parties du monde », a-t-il poursuivi.

En conséquence, l’AEM est en train d’évaluer la demande de Pfizer pour l’utilisation d’une troisième dose au moins six mois après la deuxième pour la population âgée de plus de 16 ans. « Le résultat de cette évaluation est attendu début octobre, à moins qu’un supplément d’informations ne soit nécessaire », selon Marco Cavaleri.

Un laps de temps réduit pour les immunodéprimés

Le responsable de l’AEM a également estimé que « les preuves deviennent de plus en plus tangibles » qu’il faut administrer une troisième dose peu de temps après les premières aux personnes immunodéprimées qui « répondent faiblement » aux doses initiales.

L’agence indiquera « d’ici à début octobre si des recommandations spécifiques doivent être incluses dans l’information sur les produits » des vaccins Moderna et Pfizer pour ces personnes, a-t-il ajouté. « Il est pris en compte et reconnu que certains Etats membres déploient déjà une troisième dose pour cette population », a précisé le responsable.