Coronavirus au Vietnam : Quinze personnes fuient l’épidémie à bord d’un camion frigorifique

VIRUS Pénalisé par la lenteur de sa campagne de vaccination, le pays d’Asie est actuellement frappé par une vague de Covid-19 sans précédent

M.F avec AFP
— 
Une femme marche dans les rues de Vung Tau, au Vietnam, le lundi 6 septembre 2021, alors que la ville est complètement confinée.
Une femme marche dans les rues de Vung Tau, au Vietnam, le lundi 6 septembre 2021, alors que la ville est complètement confinée. — Hau Dinh/AP/SIPA

Prêt à tout pour fuir le coronavirus. La police vietnamienne a arrêté quinze personnes qui tentaient de quitter le pays, cachées dans un camion frigorifique. Parmi elles se trouvait un garçon de sept ans. Tous cherchaient à échapper à l’épidémie de Covid-19 qui frappe durement le pays depuis cet été. Les corps de 39 migrants d’origine vietnamienne avaient été découverts dans un camion frigorifique en octobre 2019 en Angleterre, suscitant un tollé international.

« On savait que c’était très dangereux de voyager dans un camion fermé et réfrigéré, mais nous courions un plus grand risque d’être infectés par le virus », a déclaré un des voyageurs, cité dans les médias. Quand il a été intercepté, le camion avait déjà parcouru des dizaines de kilomètres depuis Dong Nai, une province industrielle qui a enregistré des dizaines de milliers de cas de Covid-19 ces dernières semaines.

5 % de la population est entièrement vaccinée

Pénalisé par la lenteur de sa campagne de vaccination, le Vietnam, salué en 2020 comme un pays exemplaire dans sa lutte contre l’épidémie avec sa stricte politique de quarantaine et de suivi des personnes contaminées, connaît un sévère retour de bâton. Le pays déploie lentement sa campagne vaccinale : à peine plus de 5 % de la population est entièrement vaccinée. Les autorités recensent plus de 15.000 décès depuis la fin juillet, contre seulement quelques dizaines l’année dernière.

Hô Chi Minh-Ville, poumon économique du pays, est au cœur de la tempête et a pris des allures de ville assiégée. L’armée y a déployé des milliers de soldats et de réservistes pour faire appliquer les restrictions et distribuer des sacs de nourriture aux habitants cloîtrés chez eux depuis début juillet.

Les Etats-Unis et la Chine ont offert plusieurs millions de doses et des accords commerciaux ont été signés avec les laboratoires américains Pfizer et Moderna, le Suédo-Britannique AstraZeneca et le Chinois Sinovac. Objectif : tenter d’injecter au moins une dose à 70 % de la population d’ici avril 2022.