Pass sanitaire : Le ministère rappelle à l’ordre une entreprise qui l’imposait à des salariés non concernés

EPIDEMIE Une entreprise ne peut pas imposer un pass sanitaire à ses employés si la loi du 5 août 2021 ne le prévoit pas

M.F avec AFP
— 
Une entreprise de téléassistance qui voulait imposer à tous ses salariés le pass sanitaire, alors qu'ils n'étaient pas concernés par la mesure, rappelée à l'ordre par le ministère du Travail. (Illustration)
Une entreprise de téléassistance qui voulait imposer à tous ses salariés le pass sanitaire, alors qu'ils n'étaient pas concernés par la mesure, rappelée à l'ordre par le ministère du Travail. (Illustration) — FRANCOIS GREUEZ/SIPA

Pas de zèle toléré avec le pass sanitaire. Le ministère du Travail a indiqué mardi avoir signifié à l’entreprise de téléassistance Bluelinea qu’en voulant imposer à tous ses salariés le pass sanitaire, alors qu’ils ne sont pas concernés par la mesure, elle était « dans l’illégalité ». « Les services du ministère ont pris contact avec l’entreprise pour l’avertir qu’elle ne pouvait procéder ainsi », a assuré le ministère d’ Elisabeth Borne, répondant à une question de la presse.

« La loi du 5 août est très claire sur le périmètre d’application du pass sanitaire et des sanctions (1 an d’emprisonnement et 45.000 euros d’amende) sont prévues pour les employeurs qui ne la respecteraient pas. En aucun cas l’entreprise ne peut suspendre ses salariés à ce motif », a précisé le ministère.

Le dirigeant se disait « prêt à assumer le risque »

Lundi, le patron de cette entreprise, dont le personnel n’est pas en contact avec du public, avait déclaré vouloir imposer la mesure à ses salariés à partir du 1er octobre. Basée à Saint-Quentin-en-Yvelines (Yvelines), Bluelinea emploie une centaine de personnes et est spécialisée dans l’aide à la personne en téléassistance.

« Je suis prêt à assumer le risque », avait déclaré lundi le dirigeant après avoir précisé qu’environ 90 % de ses salariés étaient vaccinés contre le Covid.