Coronavirus : Pour le moment, pas de vaccination des enfants selon Jérôme Salomon

EPIDEMIE Le directeur général de la santé, interrogé sur BFMTV, a souligné que la priorité était la vaccination des plus de 12 ans et a annoncé une baisse des contaminations de 20 % en une semaine

O. G. avec AFP
— 
Le directeur général de la santé, Jérôme Salomon devant la presse le 20 août 2021.
Le directeur général de la santé, Jérôme Salomon devant la presse le 20 août 2021. — AFP

Interviewé par BFMTV, le directeur général de la santé Jérôme Salomon a écarté dimanche l’hypothèse d’une vaccination des enfants de moins de 12 ans, pour le moment, indiquant que la priorité était la vaccination des 12 ans et plus. Actuellement, la vaccination est ouverte à partir de 12 ans.

« On n’en est pas du tout à la vaccination des enfants, pour plein de raison : parce qu’il nous manque des données scientifiques, ensuite parce que des études sont en cours » et « donc on va s’adapter à l’évolution des connaissances scientifiques », a-t-il déclaré. Le ministre de l’Education Jean-Michel Blanquer avait indiqué, dès la fin août, que cette vaccination des plus jeunes n’était « pas d’actualité ».

Pas de cas plus graves chez les enfants et ados avec le variant Delta

Dans les manifestations anti-pass sanitaires, l’hypothèse d’une vaccination des plus jeunes est l’un des principaux motifs de colère des participants, et « Touche pas à mes enfants » un des slogans les plus repris.

Selon des premières données publiées vendredi par les autorités sanitaires américaines, le variant Delta ne provoque pas de cas plus graves du Covid-19 chez les enfants et adolescents. 

Pfizer en ville

Le directeur général de la DGS a par ailleurs indiqué que l’arrivée des vaccins Pfizer chez les médecins de ville et les pharmacies était « imminente ». Pour le moment, les médecins et les pharmaciens vaccinent majoritairement avec du Janssen (unidose) et du Moderna.

Jérôme Salomon a assuré que les doses Pfizer allaient arriver dans ces établissements dans les jours qui viennent, et que des commandes avaient déjà été passées par les soignants. Il a également rappelé que « l’on peut se vacciner en croisant les vaccins, il n’y a aucune différence ; quelqu’un qui a eu du Pfizer peut avoir du Moderna ».

Le patron de la DGS s’est montré optimiste pour les prochaines semaines : « on a une quatrième vague qui évolue favorablement puisqu’on a baissé de 20 % le nombre de cas en une semaine », a-t-il rassuré sur BFMTV. Par ailleurs, le nombre de patients hospitalisés baisse légèrement (sous la barre des 11.000 depuis jeudi), de même que le nombre de personnes en soins intensifs.