Coronavirus : Alpha, Delta, Mu... On en est où exactement avec les variants ?

EPIDEMIE L’OMS considère actuellement que quatre variants sont préoccupants, dont les variants Alpha et Delta, et cinq autres sont à suivre

Manon Aublanc
— 
Au sein du laboratoire de virologie de Toulouse où les séquençages du variant Delta sont réalisés.
Au sein du laboratoire de virologie de Toulouse où les séquençages du variant Delta sont réalisés. — FRED SCHEIBER/SIPA
  • Tous les virus, y compris le SARS-CoV-2, responsable du Covid-19, mutent avec le temps. Certaines mutations peuvent affecter les propriétés du virus et influer sur sa propagation, sa gravité ou l’efficacité des vaccins et des médicaments.
  • L’apparition, dès fin 2020, de variants du SARS-CoV-2, a conduit l’OMS à caractériser les mutations à suivre et celles jugées préoccupantes, afin de hiérarchiser les activités de surveillance.
  • Dans son dernier bulletin, publié ce mercredi, l’OMS a classé le nouveau variant B.1.621, baptisé « Mu », comme « variant à suivre ». Et les autres ? 

Comme si le coronavirus ne suffisait pas, il a fallu que les variants viennent compliquer davantage la situation épidémique. Ces mutations peuvent affecter les propriétés du virus et influer sur sa propagation, sa gravité ou l’efficacité des vaccins. Et depuis leur apparition fin 2020, l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) a mis en place un suivi pour les caractériser et les hiérarchiser.

Après Alpha, Delta et Beta, c’est le nouveau variant du coronavirus, B.1.621, baptisé « Mu » et identifié pour la première fois en Colombie en janvier, qui a été classé comme « variant à suivre » par l’OMS ce mercredi. Et il n’est donc pas seul. Quels sont les variants qui inquiètent ? Sont-ils tous aussi dangereux ? 20 Minutes fait le point.

Les variants préoccupants (Variants of Concern – VOC)
 

  • Le variant Alpha, ou B.1.1.7, repéré pour la première fois au Royaume-Uni en septembre 2020, a été répertorié comme variant préoccupant (VOC) le 18 décembre 2020. Il est actuellement présent dans 193 pays et représente 1 % des cas confirmés séquencés en France. Très présent dans l’Hexagone début 2021, il a progressivement été remplacé à partir du printemps par le variant Delta.
  • ​Le variant Beta, ou B.1.351, repéré pour la première fois en Afrique du Sud en mai 2020 et répertorié comme préoccupant le 18 décembre 2020, est actuellement présent dans 141 pays, mais pas en France.
  • Le variant Delta, ou B.1.617.2, repéré pour la première fois en Inde en octobre 2020. Il a été répertorié comme variant à suivre (VOI) le 4 avril 2021 et comme préoccupant le 11 mai 2021. Ce variant est actuellement présent dans 170 pays et représente 98 % des cas confirmés séquencés en France, selon la dernière enquête de Santé Publique France. Le Delta est 40 % à 60 % plus transmissible que le variant Alpha, 60 % que le variant Beta, 30 % que le variant Gamma. Il présente également un risque accru de développer une forme grave de la maladie.
  • Le variant Gamma, ou P.1, repéré pour la première fois au Brésil en novembre 2020 et répertorié comme préoccupant le 11 janvier 2021, est actuellement présent dans 91 pays, mais pas en France.

Les variants à suivre (Variants of Interest – VOI)
 

  • Le variant Eta, ou B.1.525, repéré pour la première fois dans plusieurs pays en décembre 2020 et répertorié comme variant à suivre (VOI) le 17 mars 2021, est actuellement présent dans 72 pays.
  • Le variant Iota, ou B.1.526, repéré pour la première fois aux Etats-Unis en novembre 2020 et répertorié à suivre (VOI) le 24 mars 2021.
  • Le variant Kappa, ou B.1.617.1. Repéré pour la première fois en Inde en octobre 2020, il a été répertorié comme à suivre le 4 avril 2021.
  • Le variant Lambda, ou C.37. Identifié pour la première fois au Pérou en décembre 2020, et répertorié comme à suivre le 14 juin 2021.
  • Le variant Mu, ou B.1.621, repéré pour la première fois en Colombie en janvier 2021 et répertorié comme à suivre le 30 août 2021. Dans son dernier bulletin, l’OMS a précisé que Mu présente des mutations qui pourraient indiquer un risque d'« échappement immunitaire », soit une résistance aux vaccins.

Les variants en cours d’évaluation (Virus Under Monitoring – VUM)

L’OMS dénombre également dix variants en cours d’évaluation, ou Virus Under Monitoring (VUM). Ces mutations, qui présentent « des modifications génétiques soupçonnées d’affecter les caractéristiques du virus », peuvent « poser un risque futur sans que les preuves de répercussions phénotypiques ou épidémiologiques ne soient claires à l’heure actuelle », explique l’OMS sur son site.

Elle indique qu’ils font l’objet d’une surveillance renforcée et d’une évaluation répétée en attendant de nouvelles preuves.