Coronavirus à Cuba : Les écoles ne rouvriront pas avant que tous les enfants soient vaccinés

EPIDEMIE Depuis mars 2020, les écoliers suivent les cours par l’intermédiaire de la télévision

M.F avec AFP
— 
Cuba ne rouvrira pas ses écoles pour la rentrée 2021 avant d'avoir vacciné tous les enfants du pays. (Illustration)
Cuba ne rouvrira pas ses écoles pour la rentrée 2021 avant d'avoir vacciné tous les enfants du pays. (Illustration) — Roberto Machado Noa/Shutterstock/SIPA

A Cuba, la rentrée des classes aura lieu lundi prochain, mais à distance. « Nous savons que les familles cubaines sont très inquiètes au sujet de la reprise de l’école en présentiel, et c’est important de dire (…) que le 6 septembre, nous allons redémarrer l’année scolaire, mais via des cours télévisés », a annoncé mardi soir la ministre de l’Education Ena Elsa Velazquez à la télévision d’Etat.

Et « nous avons décidé, en accord avec le ministère de la Santé (…), que les écoliers reprendraient l’école en présentiel une fois vaccinés » contre le Coronavirus, a-t-elle ajouté, indiquant qu’un calendrier en trois étapes, des plus âgés aux plus jeunes, avait été décidé. L’île, qui a développé ses propres vaccins, mène actuellement des essais cliniques pédiatriques avec  ses vaccins Abdala et Soberana, avec l’intention d’immuniser les enfants cubains dès l’âge de trois ans.

Des chiffres très inquiétants de contagion

Pour éviter la propagation de la maladie, les écoles du pays sont fermées depuis mars 2020 et n’ont rouvert que brièvement, pendant quelques semaines, en fin d’année, avant de fermer à nouveau en janvier. Ecoliers et étudiants doivent donc suivre les cours par l’intermédiaire de la télévision. Cuba, qui avait réussi à maîtriser l’épidémie sur son territoire les premières fois, affiche depuis juillet des chiffres très inquiétants de contagion, l’arrivée du variant delta faisant tanguer son système sanitaire, fierté et pilier social de l’île. L’île de 11,2 millions d’habitants accumule 652.855 cas dont 5.303 décès.

Sous embargo américain depuis 1962, le pays a commencé à développer ses propres vaccins dès les années 1980, ce qui lui a permis de produire deux vaccins contre le coronavirus : Abdala et Soberana. Ils ne sont pas reconnus pas l’OMS. Mais en raison du grand retard dans le programme de vaccination, avec environ 30 % de la population immunisée contre un objectif de 70 % à fin août, Cuba a commencé dimanche à utiliser aussi le vaccin chinois Sinopharm.