Vieillesse : Entretenir une vie sexuelle active est bénéfique pour le moral et la santé des seniors

SEXUALITÉ Découvrez, chaque jour, une analyse de notre partenaire The Conversation. Aujourd’hui, trois universitaires nous expliquent les vertus de l’activité sexuelle des seniors

20 Minutes avec The Conversation
— 
Sexualité et vieillesse ne sont pas incompatibles
Sexualité et vieillesse ne sont pas incompatibles — Roman Samborskyi / Shutterstock (via The Conversation)
  • Une majorité d’hommes et femmes continue à avoir des rapports sexuels en vieillissant, selon notre partenaire The Conversation.
  • C’est une bonne chose car il semble que les seniors qui ont moins de relations sexuelles sont davantage susceptibles d’avoir des problèmes de santé mentale et physique.
  • L’analyse de ce phénomène a été menée par les britanniques Lee Smith, maître de conférences en activité physique et santé publique, Daragh McDermott, directeur de l’École de psychologie et sciences du sport et Sarah Jackson, chercheuse en psychologie.

Le sexe est un élément structurant des relations intimes. Ce constat se vérifie même lorsqu’on avance en âge : le sexe demeure important pour les personnes âgées, même si l’activité sexuelle tend à diminuer à mesure que l’on vieillit.

Une idée reçue courante voudrait que les personnes âgées perdent tout intérêt pour le sexe, et n’adoptent plus de comportement « sexualisés ». Mais si l’on en croit les résultats d’une enquête britannique menée par l’ University College de Londres, ce n’est pas le cas.

Celle-ci a révélé que 85 % des hommes de 60 à 69 ans déclarent être sexuellement actifs, tout comme 60 % de ceux de 70 à 79 ans et 32 % de ceux de 80 ans et plus. De leur côté, les femmes sont moins actives sexuellement à mesure qu’elles prennent de l’âge, mais certaines études montrent que, tout comme les hommes, nombre d’entre elles veulent aussi continuer à avoir des rapports sexuels en vieillissant. Des recherches menées aux États-Unis font d’ailleurs état de niveaux similaires d’activité sexuelle dans les groupes d’âge précités.

Le fait que tant de gens continuent à avoir des relations sexuelles en vieillissant est une bonne nouvelle, puisque nos travaux récents semblent indiquer, que les personnes âgées qui ont moins de relations sexuelles sont davantage susceptibles d’avoir des problèmes de santé mentale et physique.

Toujours à l’œuvre

Nos travaux nous ont amenés à nous intéresser à la vie sexuelle de 2577 hommes et 3195 femmes âgées de 50 ans et plus. Nous leur avons notamment demandé s’ils avaient constaté un déclin, au cours de l’année écoulée, de leur désir sexuel, de la fréquence de leur activité ou de leur capacité à avoir une érection (pour les hommes) ou à se sentir sexuellement excitée (femmes).

Les adultes les plus âgés apprécient davantage leur vie lorsqu’ils sont sexuellement actifs © Rullier/Pixabay

Nous avons découvert que les hommes qui déclaraient ressentir un déclin de leur désir sexuel étaient plus susceptibles de développer un cancer ou d’autres maladies chroniques limitant leurs activités quotidiennes. Les hommes et les femmes qui rapportaient une diminution de la fréquence de leurs rapports sexuels étaient eux aussi davantage enclins à considérer leur santé comme moins satisfaisante. Et les hommes atteints de troubles de la fonction érectile se sont aussi avérés davantage touchés par le cancer et les maladies coronariennes.

Il est cependant important de souligner que ces changements du désir ou des fonctions sexuelles pourraient avoir été une conséquence de ces pathologies, à un stade où elles n’avaient pas encore été diagnostiquées.

Nos recherches ont également révélé que les adultes plus âgés apprécient davantage l’existence lorsqu’ils sont sexuellement actifs.

Détail d’un cliché issu de la collection « L’Art de vieillir », de la photographe Arianne Clément © A. Clément – www.arianneclement.com

À l’inverse, ceux qui voient leur activité sexuelle décliner déclarent se sentir moins bien dans leur peau que ceux chez qui le désir, l’activité et les fonctions sexuelles se maintiennent. Nous avons aussi découvert que les performances cognitives des hommes qui demeurent sexuellement actifs à un âge avancé sont meilleures que celles des hommes qui n’ont plus de relations sexuelles.

Les hormones du bien-être

Ce n’est un secret pour personne : le sexe peut être une source de bien-être. Ceci s’explique par le fait que, durant les relations sexuelles, le corps produit des endorphines, lesquelles génèrent un sentiment de joie ou d’exaltation. Les conséquences vont au-delà de l’amélioration de l’humeur, puisqu’on sait que des niveaux élevés d’endorphine sont associés à une plus grande activation du système immunitaire, ce qui peut avoir pour conséquence une réduction du risque de cancer et de maladie cardiaque.

Les recherches suggèrent aussi que les personnes qui ont des relations sexuelles avec leur partenaire sont plus susceptibles de partager une relation plus forte. Or se sentir plus proche de son partenaire a été associé à une meilleure santé mentale.

Le sexe peut vous garder proches en couple, réduire votre niveau de stress et renforcer votre système immunitaire © Brandon Roberts/Pixabay

Il est également important de se souvenir qu’avoir des rapports sexuels, c’est faire de l’exercice – souvent d’intensité modérée. Il est possible de brûler jusqu’à quatre calories par minute de cette façon. Or toute activité physique s’accompagne de bénéfices pour la santé – et le sexe ne fait pas exception. Une activité sexuelle régulière peut donc se traduire par des avantages en termes de santé physique et mentale.

Changer de position

Le sexe n’est bien entendu pas le seul facteur permettant d’améliorer la santé et le bien-être lorsqu’on atteint un âge avancé. Mais nos travaux montrent que les seniors ne sont pas exempts de désir sexuel, et qu’il pourrait être intéressant de mettre en avant l’intérêt de garder une vie sexuelle active à mesure que l’on vieillit. Celle-ci pourrait permettre d’améliorer la santé mentale (et peut-être physique).

Malheureusement, les incitations à explorer de nouvelles activités sexuelles ou à tester de nouvelles positions ou pratiques s’adressent rarement aux personnes âgées… En outre, bien souvent lorsqu’il s’agit d’aborder ces questions, les médecins préfèrent la politique de l’autruche, évitent d’aborder le sujet.

Notre dossier « SEXUALITÉ »

De telles discussions pourraient peut-être aider à remettre en question les normes et les attentes en matière d’activité sexuelle. Ce qui, comme le montrent nos recherches, pourrait aider les gens à mener une vie plus satisfaisante et plus saine – et à vivre plus vieux.

Cette analyse a été rédigée (en anglais) par Lee Smith, maître de conférences en activité physique et santé publique et Daragh McDermott, directeur de l’École de psychologie et sciences du sport (tous deux à Université Anglia Ruskin – Angleterre), avec Sarah Jackson, chercheuse en psychologie au Centre de recherche de la santé et du comportement de l’University College de Londres (Angleterre).
L’article original a été traduit puis publié sur le site français de The Conversation.

- © The Conversation



Déclaration d’intérêts

Daragh McDermott a reçu des financements de SSHRC, dans le cadre du partenariat INQYR. Il est président du conseil d'administration du Kite Trust, un organisme caritatif à destination des jeunes LGBT basé à Cambridge.
▪ Sarah Jackson a reçu des financements de Cancer Research UK et l'Economic and Social Research Council.
▪ Lee Smith ne travaille pas, ne conseille pas, ne possède pas de parts, ne reçoit pas de fonds d'une organisation qui pourrait tirer profit de cet article, et n'a déclaré aucune autre affiliation que son organisme de recherche.