Coronavirus en Polynésie française : Une « centaine de soignants » envoyés en renfort

EPIDEMIE La semaine dernière, les médecins avaient écrit à Emmanuel Macron pour lui demander « plus de renforts » en Polynésie française

20 Minutes avec AFP
— 
La Polynésie subit une vague épidémique
La Polynésie subit une vague épidémique — Mike LEYRAL / AFP

La France acheminera en Polynésie, où l’épidémie de Covid-19 a fait 38 morts en trois jours, « une centaine de soignants d’ici la fin de la semaine », a déclaré Cédric Bouet, le directeur du cabinet du haut-commissaire en Polynésie française, ce lundi.

« Trente à quarante personnes de la réserve sanitaire vont arriver mercredi soir et s’ajouter aux 28 déjà présentes à l’hôpital », a déclaré Cédric Bouet.

« Ici c’est la Polynésie, ici c’est la France »

« En fin de semaine, on attend d’autres renforts, médecins, infirmiers et aides-soignants, qui ne font pas partie de la réserve sanitaire mais de la solidarité nationale. Ils renforceront aussi les autres hôpitaux », a-t-il précisé. Trois jours plus tôt, les médecins avaient écrit à Emmanuel Macron pour lui demander « plus de renforts » en le citant : « Ici c’est la Polynésie, ici c’est la France, vous serez protégés ».

Deux photos accompagnaient leur texte. La première, prise le 27 août, montrait le président polynésien en visite à des patients alités dans la nef du centre hospitalier reconvertie en espace pour les malades. Sur l’autre, prise le 24 juillet, le chef de l’Etat, au même endroit, assure les soignants de son soutien.

Les hôpitaux saturés

L’aide accordée jusqu’ici est « sans commune mesure avec la réalité de l’épidémie en Polynésie », selon un médecin qui a souhaité rester anonyme. La semaine précédente, la directrice du Centre hospitalier, Claude Panero, avait estimé les besoins à « 200 infirmiers et 200 aides-soignants » en plus des équipes en place.

Les hôpitaux et cliniques sont toujours plus saturés : 426 patients étaient hospitalisés pour Covid-19 lundi, dont 55 en réanimation. Sur l’île de Raiatea, un chapiteau a été dressé dans le jardin de l’hôpital, pour accueillir une vingtaine de patients. D’autres sont placés sous oxygène à domicile, faute de places dans les structures hospitalières. L’épidémie a fait jusqu’à présent 423 morts dans cette collectivité d’outre-mer.