Coronavirus dans les Alpes-Maritimes : Hausse des hospitalisations, taux d’incidence en baisse, vaccination… On fait le point sur l’épidémie

EPIDEMIE D’après Santé Publique France, le niveau des hospitalisations dans le département a dépassé celui atteint lors de la première vague

Elise Martin
— 
Une femme se fait vacciner contre le Covid-19 à Nice (Illustration)
Une femme se fait vacciner contre le Covid-19 à Nice (Illustration) — SYSPEO/SIPA
  • En deux mois, le taux d’incidence dans le département est passé de 60 à plus de 400 cas positifs pour 100.000 habitants. Depuis deux semaines, il baisse petit à petit.
  • Actuellement, 302 patients Covid-19 sont hospitalisés, 62 sont en réanimation et occupent 70 % des lits de ce service.
  • Dans le département, 77.58 % des habitants ont au moins reçu une dose de vaccin.

Les Alpes-Maritimes font partie des départements les plus touchés par le Covid-19, en métropole. Le taux d’incidence, le nombre de cas positifs pour 100.000 habitants, était à 335 lundi soir. Il est cependant bien moins important qu’au début du mois d’août, où plus de 700 personnes étaient testées positives pour 100.000 habitants, un des plus gros pics Covid avec cet indicateur. Depuis, il est en baisse constante. C’est chez les 20-29 ans qu’il reste le plus élevé, étant à 666.

Pour Éric Denis, infectiologue à la clinique Saint-Jean de Cagnes-sur-Mer, ces chiffres peuvent être en lien avec « l’excès de tests effectués dans cette période d’été avec l’obligation de pass sanitaire ». Il affirme que les populations accueillies dans les services Covid étaient « du jamais vu », avec des personnes « de 30, 40 ou 50 ans ».

Des tensions sur les lits de soins critiques

« La file active des patients admis en hospitalisation conventionnelle et en soins critiques progresse toujours », a indiqué l’Agence régionale de santé (ARS) Paca dans son dernier point sur la situation épidémique. Elle a ajouté : « La mortalité hospitalière de cas de Covid-19 reste élevée. La tension sur les lits de soins critiques est très forte et impacte la prise en charge des patients Covid et non-Covid en soins critiques. »

Selon le site Covid tracker, qui utilise les données de Santé Publique France, la situation est pire que lors de la première vague. Au printemps 2020, il y a eu jusqu’à 282 personnes hospitalisées en simultané. Actuellement, 302 patients Covid-19 sont hospitalisés, 62 sont en réanimation et occupent 70 % des lits de ce service.

Pour l’infectiologue, il faut prendre en compte le décalage de temps. « Une personne en réanimation sera en J + 7 ou J + 11. Et elle restera plus ou moins longtemps en fonction de son état de santé. Un jeune peut s’en remettre en quelques jours quand une personne âgée restera le double du temps. Ce qui est certain, c’est qu’on est en manque de personnel et qu’on vit au jour le jour au niveau des lits qu’on doit administrer. »

« La proportion de personnes vaccinées et hospitalisés est extrêmement faible »

À la clinique Saint-Jean, Éric Denis l’affirme « la proportion de personnes vaccinées et hospitalisées est extrêmement faible ». Il ajoute : « Le vaccin est efficace dans ses fonctions d’empêcher les formes graves du Covid-19 et les hospitalisations ».

La campagne vaccinale continue dans les Alpes-Maritimes. Lundi, 851.466 personnes avaient reçu au moins une dose de vaccin, soit 77.58 % des habitants. Pour Éric Denis,