Coronavirus en Hauts-de-France : La région solidaire des territoires les plus touchés

EPIDEMIE Entre accueil de patients et envoi de soignants, les Hauts-de-France soulagent les territoires plus impactés par la reprise épidémique

Mikaël Libert
— 
Illustration coronavirus à Lille.
Illustration coronavirus à Lille. — M.Libert / 20 Minutes

Solidarité organisée. Alors que l’on subit une énième reprise de l’épidémie de coronavirus malgré un taux de vaccination qui dépasse 70 % des personnes de plus de 12 ans, le territoire national n’est pas impacté de manière homogène. Plutôt épargnés pour le moment, les Hauts-de-France tentent de soulager les territoires plus durement touchés, comme l’Occitanie et les Antilles.

Selon les derniers chiffres de Santé publique France, le taux d’incidence quotidien dans les Hauts-de-France est de 15,1 pour 100.000 habitants. Dans le sud de la France, il est beaucoup plus important, entre 36 et 70,6 selon les départements. Le maximum est de 971 pour 100.000 habitants en Guadeloupe. Chez nous, donc, l’accalmie a d’ailleurs permis au préfet du Nord d’annuler au moins provisoirement la mesure rendant obligatoire le pass sanitaire dans les grands centres commerciaux.

Patients accueillis et soignants envoyés

L’Agence régionale de santé (ARS) des Hauts-de-France explique par ailleurs que la relativement faible tension hospitalière de la région lui permet de mettre ses moyens au service des départements en souffrance. Depuis le 10 août, des transferts de patients sont opérés depuis l’Occitanie vers les Hauts-de-France. A ce jour, 9 personnes ont été accueillies dans les services de réanimations des centres hospitaliers d’Amiens, Lille, Tourcoing, Béthune et Douai.

Les soignants de la région sont aussi mobilisés pour venir en aide aux Antilles. Plus d’une centaine de volontaires, notamment des infirmiers, des médecins ou encore aides-soignants, se trouvent déjà sur place pour épauler leurs confrères antillais. Plusieurs Samu et hôpitaux de la région contribuent aussi à l’organisation des évacuations sanitaires depuis l’Outre-mer.