Coronavirus en Martinique : Une trentaine de soignants bretons envoyés en renfort

COVID-19 La situation est critique aux Antilles où le nombre de malades dans les hôpitaux ne cessent de grimper

C.A.
— 
En Martinique, l'épidémie de Covid-19 a flambé cet été, submergeant les structures de santé de l'île.
En Martinique, l'épidémie de Covid-19 a flambé cet été, submergeant les structures de santé de l'île. — Thomas THURAR / AFP

« On va encore avoir besoin de renforts ». Les mots du directeur de l’Agence régionale de santé de Martinique ont résonné partout en France. Depuis quelques semaines, l’Hexagone a envoyé des dizaines de soignants aux Antilles, où l’épidémie de Covid-19 a connu une flambée cet été. Ce vendredi, 27 professionnels de santé basés en Bretagne ont accepté de prendre l’avion pour rejoindre l’île, où l’épidémie est «à un niveau très élevé» malgré « une relative stabilisation ». Le directeur de l’ARS Jérôme Viguier n’a pas hésité à parler d’une « situation extrêmement tendue », notamment dans les hôpitaux de l’île.

Le taux d’incidence serait stabilisé « autour de 1.200 cas pour 100.000 habitants », ces derniers jours. Des chiffres bien au-dessus des régions métropolitaines les plus touchées comme en Provence-Alpes-Côte d’Azur (589 pour 100.000), en Corse (510) ou en Occitanie (391).

Pour faire face « à la situation particulièrement critique en Martinique », 27 personnels de santé installés en Bretagne sont partis vendredi pour deux semaines. Ils ont rejoint leurs confrères déjà sur place, ceux partis les mardis 10 et 17 août. « Ces professionnels de santé sont âgés de 20 à 69 ans. Ils sont médecins, infirmiers et aide soignants et viennent d’établissements publics et privés de la région et issus des services d’urgence, de réanimation et de médecine générale », précise l’ARS Bretagne dans un communiqué.

Une cinquantaine de volontaires aura quitté la Bretagne, où l’épidémie augmente mais reste maîtrisée, pour rallier les Antilles. Les premiers soignants partis le 10 août seront de retour le 23 août. Sauf quatre, qui vont poursuivre leur mission encore quelques jours.