Coronavirus : Le vaccin de Pfizer moins efficace que celui de Moderna contre le variant Delta ?

VACCINATION Selon une étude américaine, le vaccin de Moderna protégerait mieux du risque d’infection au variant Delta que celui de Pfizer contre le variant Delta

Anissa Boumediene
— 
Selon une étude qui vient d'être prépubliée, le vaccin Pfizer serait moins efficace que celui de Moderna contre l'infection par le variant Delta.
Selon une étude qui vient d'être prépubliée, le vaccin Pfizer serait moins efficace que celui de Moderna contre l'infection par le variant Delta. — Michel Euler/AP/SIPA
  • Aujourd'hui, le variant Delta est à l'origine de la majorité des contaminations dans l'Hexagone.
  • Ce variant, plus contagieux, entraîne un échappement immunitaire, et contre lui, le vaccin de Pfizer pourrait être moins efficace que celui de Moderna, selon une étude qui vient d'être prépubliée et dont les conclusions doivent faire l'objet d'études complémentaires.
  • Mais les auteurs de l'études soulignent toutefois que les deux vaccins à ARN messager restent efficaces face aux risques de formes graves du Covid-19 et d'hospitalisations. Alors, pour les autorités sanitaires, l'urgence reste d'augmenter la couverture vaccinale au sein de la population.

Il s’est répandu comme une traînée de poudre. Après son apparition et sa diffusion rapide en Inde, quelques semaines auront suffi au variant Delta pour se propager sur le globe et remplacer le variant Alpha. Un variant Delta plus contagieux, et qui entraîne un échappement immunitaire. Selon une étude menée par des chercheurs de la prestigieuse Mayo Clinic aux Etats-Unis, et prépubliée sur la plateforme MedRxiv, le vaccin à ARN messager (ARNm) de Pfizer serait moins efficace face à cette souche que celui de Moderna, mais conférerait toutefois une protection importante contre les risques de formes graves du virus et d’hospitalisation.

Alors, quelle est l’efficacité des vaccins à ARN messager contre le variant Delta ? 20 Minutes fait le point.

Une efficacité de seulement 42 % contre le variant Delta ?

Pour mener leur étude, les chercheurs américains ont analysé les données en vie réelle portant sur un échantillon de près de 50.000 personnes : une moitié vaccinée et l’autre pas, et comparé l’efficacité des deux vaccins à ARNm sur les variants Alpha et Delta. Des données recueillies entre janvier et juillet 2021, une période couvrant la vague épidémique de variant Alpha en début d’année, et celle provoquée par le variant Delta depuis le début de l’été.

Les chercheurs ont ainsi constaté que les deux vaccins protégeaient efficacement d’une infection au variant Alpha, à 86 % pour Moderna et à 76 % pour Pfizer, et d’une hospitalisation liée au Covid-19, à 91,6 % pour Moderna et à 85 % pour Pfizer. Mais « en juillet [mois durant lequel le variant Delta représentait 70 % des contaminations] l’efficacité contre l’infection était nettement plus faible avec le vaccin Moderna et avec celui de Pfizer, avec une baisse encore plus prononcée pour ce dernier », ont constaté les chercheurs. Ils ont observé que l’efficacité des deux sérums contre la transmission du variant Delta baissait à 76 % pour le vaccin Moderna, et tombait à seulement 42 % pour celui de Pfizer. « Si ce n’est pas un signal d’alarme, je ne sais pas ce que c’est », a réagi un haut responsable de l’administration Biden au média Axios.

Pour l’heure, on ignore si ces résultats signifient une baisse de l’efficacité des vaccins au fil du temps, une baisse d’efficacité contre le variant Delta, ou une combinaison des deux. « Sur la base des données dont nous disposons jusqu’à présent, il s’agit d’une combinaison des deux facteurs. Le vaccin Moderna est très probablement plus efficace que le vaccin Pfizer dans les régions où Delta est la souche dominante, et le vaccin Pfizer semble avoir une durabilité d’efficacité plus faible », a expliqué Venky Soundararajan, coauteur de l’étude, à Axios. Mais « on sait que la quantité d’anticorps neutralisants a tendance à diminuer dans les mois qui suivent la vaccination. Or, notre équipe a montré, comme d’autres équipes, qu’il faut environ quatre fois plus d’anticorps pour neutraliser le Delta qu’il n’en faut pour neutraliser l’Alpha », a expliqué au Monde le Pr Olivier Schwartz, virologue à l’Institut Pasteur, qui a mené une étude publiée dans la revue Nature.

Privilégier Moderna ? « Pour l’heure, ce n’est qu’une hypothèse »

Pour les autorités sanitaires françaises, cette étude ne justifie pas à elle seule de revoir la stratégie vaccinale déployée jusqu’à présent. « Il s’agit d’un preprint [pas encore validé par la communauté scientifique], une étude unique, dont le contenu ne fait pas l’objet d’un consensus scientifique, répond le ministère de la Santé à 20 Minutes. Le vaccin Moderna est-il réellement plus efficace ou bien – puisqu’il est moins utilisé que Pfizer – le virus a-t-il pu s’adapter en raison de la couverture vaccinale de la population ? Il est tôt pour en tirer des leçons sur les commandes de vaccin » passées par la France.

« Cette étude est en prépublication » et « n’a pas bénéficié d’une relecture par les pairs », a également estimé sur CBS le Dr Anthony Fauci, conseiller Covid du président américain Joe Biden. Une étude qui fera l’objet de travaux complémentaires. En attendant, l’Hexagone se tient prêt à mettre l’accent sur le sérum mis au point par Moderna. « Dès la fin du mois d’août, on va passer de 600.000 doses hebdomadaires de Moderna à 2 millions, avec un mix vaccinal qui va se rééquilibrer en faveur de Moderna, assure le ministère. On est capable donc de privilégier – s’il le fallait – le vaccin Moderna. Mais pour l’heure, ce n’est qu’une simple hypothèse ».

Augmenter la couverture vaccinale

D’autant que s’il était confirmé que les vaccins à ARNm perdent en efficacité contre la transmission du variant Delta, les chercheurs de la Mayo Clinic ont toutefois observé « leur efficacité contre les risques d’hospitalisation reste élevée : 81 % pour Moderna et 75 % pour Pfizer ». Alors que 40 millions de Français sont totalement vaccinés, pour le gouvernement, pas question de ralentir la cadence : la couverture vaccinale de la France doit progresser encore, et vite, notamment dans les Antilles et en Polynésie, où la faible couverture vaccinale coïncide avec la virulence de la quatrième vague. Pour « limiter la diffusion rapide du variant Delta sur le territoire, la vaccination constitue l’arme la plus efficace pour prévenir hospitalisations et décès, insiste la Haute autorité de santé (HAS) dans l’un de ses derniers avis. L’efficacité des vaccins à ARNm sur la prévention des formes graves de Covid-19 est établie, y compris vis-à-vis du variant Delta ». Et plus la population est vaccinée, plus les réservoirs de circulation du virus diminuent, et avec eux les risques de voir de nouveaux variants plus virulents encore apparaître.

De son côté, le duo Pfizer – BioNTech a indiqué dans un communiqué « espérer être capable de mettre au point et de produire un vaccin sur mesure contre ce variant [Delta] dans un délai d’environ 100 jours après que la décision a été prise, et de le soumettre aux autorités de régulation ». Et il aurait intérêt à plancher sur cette formule. Une étude britannique publiée ce jeudi révèle que s’il est plus efficace pour lutter contre les infections liées au variant Delta du coronavirus, le vaccin Pfizer perd son efficacité plus rapidement que celui d’AstraZeneca.