Coronavirus en Guadeloupe : Le territoire d’Outre-mer se reconfine pour trois semaines

EPIDEMIE Les Guadeloupéens ne peuvent se déplacer à plus de 10 kilomètres de leur domicile que pour un motif impérieux et munis d’une attestation

M.F avec AFP
— 
Coronavirus en Guadeloupe : Le troisième confinement a débuté — 20 Minutes

Depuis mercredi soir, la Guadeloupe est confinée pour la troisième fois depuis le début de la crise sanitaire. Des restrictions de déplacement, couplées à couvre-feu strict de 20 heures à 5 heures du matin, s’appliquent pour au moins trois semaines. Les Guadeloupéens n’ont plus le droit de s’éloigner de plus de 10 kilomètres de leur domicile, sauf motif impérieux et munis d’une attestation.

Si les commerces restent ouverts, ainsi que les restaurants à midi, les bars seront tous fermés, tout comme les gymnases, les stades et les piscines. Sur les plages, seule la présence « dynamique » sera permise, pour la promenade, la baignade ou une activité sportive individuelle.

22 admissions en réanimation en une semaine

Le territoire est confronté à une « croissance exponentielle des cas » de Covid-19. Quelque 1.952 cas ont été recensés en début de semaine sur l’île, selon un communiqué de la préfecture et de l’Agence régionale de Santé (ARS), qui alertent sur la présence du variant Delta.

Ce dernier représente désormais 70 % des criblages alors qu’à peine plus de 21 % des Guadeloupéens ont reçu une première dose de vaccin. « En semaine 30, il y a eu 71 nouvelles hospitalisations Covid et 22 nouvelles admissions en réanimation », précisent les institutions.

Les restaurateurs inquiets pour la saison

Nombre d’habitants semblent prendre confinement avec philosophie. « Ça ne me fait ni chaud ni froid, c’est pour les petits-enfants que c’est le plus embêtant : on ne sait pas ce qu’ils vont pouvoir faire », sourit Kléber, un retraité non vacciné qui déclare se « méfier » des annonces des représentants de l’Etat. « Notre problème ici, ce n’est pas le Covid, ce sont les sargasses » (algues qui prolifèrent dans la région caribéenne, NDLR), déplore-t-il.

Mais pour le secteur de la restauration, le couvre-feu est un nouveau « coup dur » qui entraîne la fermeture des établissements le soir, comme l’explique Rudy Nainan, président de l’association des restaurateurs des îles de Guadeloupe. « Juillet et août sont les deux plus gros mois de travail de l’année. Des mois de forte affluence puisque c’est de la clientèle locale et ce sont les gens du pays qui sont en vacances et ce sont des gens qui fréquentent énormément nos établissements », souligne-t-il, craignant que la progression du virus n’entraîne une fermeture totale des restaurants.