Coronavirus en Martinique : Une cinquantaine de militaires envoyés en renfort au CHU

AIDE Les renforts de l'armée ont emporté avec eux une cargaison de matériel d'appoint, dont dix lits de réanimation

20 minutes avec agence
— 
A l'hôpital de Fort-de-France, le 30 juillet.
A l'hôpital de Fort-de-France, le 30 juillet. — LIONEL CHAMOISEAU / AFP

La situation du Centre hospitalier universitaire de Martinique est très critique. Le nombre de cas positifs au Covid-19 augmente fortement et le service de réanimation est saturé. Des tentes ont également dû être installées la semaine dernière afin de réguler le flux des nombreux malades atteints par le virus, rapporte La 1ère, lundi.

Afin de faire face à cette situation dramatique, l’hôpital a dû faire appel à des renforts de l’armée. « Ce déploiement s’effectuera en deux temps. Un premier temps, le 2 août, où nous allons projeter tout le matériel avec une première série de 36 spécialistes. Et puis un complément le 7 août, avec le reste des spécialistes », a précisé le Colonel Pascal Lanni, porte-parole du chef d’état-major des armées.

« La situation nous contraint à déprogrammer des interventions chirurgicales »

Au total, ce sont une cinquantaine de spécialistes, dont des médecins réanimateurs, qui quittent la base aérienne d’Orléans afin de s’envoler vers la Martinique. Lors du premier vol, les militaires ont emporté avec eux une cargaison de matériel d’appoint ainsi que dix lits de réanimation.

« L’accroissement rapide du besoin va dépasser les capacités de médecine et de réanimation du CHU et ce, au détriment du traitement des patients porteurs d’autres pathologies », a indiqué la direction du CHU de Martinique. « La situation nous contraint à déprogrammer des interventions chirurgicales et reporter certaines hospitalisations, tout en garantissant les urgences, la cancérologie. »

Ce n’est pas la première fois que les renforts médicaux des forces armées sont mobilisés. Ils avaient déjà été déployés en Guyane pendant deux mois. Leur intervention avait permis notamment la prise en charge de 50 patients gravement atteints par le Covid-19.