Coronavirus : Oui, un hôpital breton demande bien un test PCR pour certains de ses patients vaccinés

FAKE OFF Une affiche du Centre hospitalier privé de Brest, relayée sur les réseaux sociaux, a de quoi induire les internautes en erreur

Alexis Orsini
— 
Image d'illustration d'un test PCR.
Image d'illustration d'un test PCR. — Ludovic MARIN / AFP
  • Pour Florian Philippot comme pour d’autres opposants aux mesures sanitaires contre le Covid-19, une affiche du Centre hospitalier privé (CHP) de Brest (Finistère) prouve l’absurdité de ce protocole comme le manque d’utilité de la vaccination.
  • « Test PCR pour tous, y compris les vaccinés, à l’entrée d’un centre hospitalier de Brest ! Eh oui, comme l’écrit ce centre hospitalier "la vaccination n’empêche pas de contracter voire transmettre le virus". Faut savoir ce qu’on veut ! », ironise ainsi le président des Patriotes sur Twitter.
  • Si l’affiche est authentique, comme 20 Minutes a pu le vérifier, elle concerne uniquement les patients dont le séjour est programmé au sein de l’établissement – et dont la vaccination empêche surtout de contracter une forme grave du Covid-19.

« Test PCR pour tous, y compris les vaccinés, à l’entrée d’un centre hospitalier de Brest ! Eh oui, comme l’écrit ce centre hospitalier " la vaccination n’empêche pas de contracter voire transmettre le virus". Faut savoir ce qu’on veut ! », « Le Centre hospitalier privé de Brest lâche le morceau : "La vaccination n’empêche pas de contracter voire de transmettre le virus." Les vaccinés doivent donc présenter un test PCR négatif pour rentrer dans l’établissement »…

Qu’il s’agisse de Florian Philippot, président du mouvement des Patriotes, ou de simples anonymes, on ne compte plus le nombre d’internautes ironisant sur une affiche censée « révéler » l’inefficacité des vaccins anti-Covid, et qui aurait été prise au Centre hospitalier privé (CHP) de Brest (Finistère).

Outre la présence du logo de l’établissement de santé, on y trouve surtout la réponse à la question « Dois-je faire un test PCR si je suis vacciné ? » : « Oui, vous devez présenter un test PCR négatif même si vous êtes vacciné. Réalisez le prélèvement 72 heures avant votre entrée. » Et le document de préciser le motif d’une telle précaution : « La vaccination est efficace contre les formes graves [du] Covid-19. Cependant, même si elle le réduit, elle n’empêche pas de contracter voire de transmettre le virus. »

FAKE OFF

Contacté par 20 Minutes, Anthony Monnier, directeur général du CHP de Brest, confirme l’authenticité du document… tout en apportant une précision de taille : « Cette affiche date du mois de juin, et elle est uniquement à destination des patients dont l’hospitalisation est programmée, hors urgence. » Une version non rognée de l'affiche, qui circule également sur Twitter, permet de constater, au bas de celle-ci, la mention « Version du 24/06/2021 ».

« Aucun test ou vaccin n’est demandé aux visiteurs ou aux accompagnants à l’heure actuelle, ils doivent simplement respecter les gestes barrières. Seuls les patients ayant une intervention programmée doivent réaliser un test PCR avant leur entrée, comme cela leur est précisé au préalable par leur médecin. Le pass sanitaire n’est pas encore mis en œuvre au sein de notre établissement, mais nous respecterons la loi quand elle sera promulguée », conclut le directeur.

Une protection très efficace contre les formes graves, qui n’empêche pas la transmission

En outre, l’affiche ne fait que rappeler la caractéristique principale des vaccins anti-Covid-19 connue de longue date : leur efficacité pour prévenir les formes graves de la maladie, qui n’empêche pas pour autant à 100 % la transmission ou la contamination.

« Les personnes pleinement vaccinées peuvent malgré tout être infectées, surtout avec le variant Delta, qui est beaucoup plus infectieux. Cela dit, le risque infectieux est très faible, et en général l’infection est peu grave », expliquait ainsi, fin juillet, Marie-Paule Kieny, présidente du comité scientifique sur les vaccins Covid-19 France, à nos confrères de Franceinfo.

La virologue nuançait ainsi une déclaration un peu hâtive du Premier ministre, Jean Castex, selon qui les personnes ayant reçu les deux doses du vaccin « n’ont plus de chance d’attraper la maladie ».