Coronavirus en Loire-Atlantique : Le masque à nouveau obligatoire dans la rue pour 25 communes

EPIDEMIE La consommation d’alcool sur la voie publique dans l’ensemble du département est également interdite

M.F avec AFP
— 
La Baule fait partie des 25 communes de Loire-Atlantique où le port du masque redevient obligatoire dans l'espace publique.
La Baule fait partie des 25 communes de Loire-Atlantique où le port du masque redevient obligatoire dans l'espace publique. — Sebastien SALOM-GOMIS/SIPA

Le masque est de retour. La préfecture de Loire-Atlantique a décidé ce jeudi de rendre à nouveau obligatoire le masque dans les espaces publiques pour 25 communes du département. Cette décision intervient en raison de la «  flambée constatée du variant delta », a justifié le préfet de Région Didier Martin. Les malchanceuses sont les dix communes de la communauté d’agglomération autour de Saint-Nazaire et les quinze communes de Cap Atlantique (Guérande, La Baule, Le Croisic…). Sont toutefois exclus de cette obligation les plages et espaces naturels comme les marais de la Brière.

L’arrêté préfectoral déposé ce jeudi comporte également une mesure interdisant la consommation d’alcool sur la voie publique dans l’ensemble du département de Loire-Atlantique. Ces dispositions resteront en vigueur au moins jusqu’au 13 août, a-t-il précisé lors d’une conférence de presse conjointe avec l’Agence régionale de santé (ARS).

Une propagation « à deux vitesses »

Dans l’agglomération de Saint-Nazaire, le taux d’incidence s’élève à 235/100.000 habitants et dans les communes de Cap Atlantique il s’élève à 239/100.000, a précisé l’ARS. « Ce n’est pas la totalité de littoral de Loire Atlantique qui est concernée à ce stade par cette mesure car aussi surprenant que cela puisse paraître, les taux d’incidence sont notablement inférieurs » au sud de l’estuaire, dans les secteurs de Pornic ou Saint-Brévin, a expliqué le préfet.

Concernant l’épidémie dans les Pays-de-la-Loire, Didier Martin a expliqué que la région était « un peu à deux vitesses », avec deux départements du littoral où « les pourcentages ont beaucoup progressé », la Loire-Atlantique et la Vendée, et les autres départements (Mayenne, Sarthe, Maine-et-Loire) ayant des taux d’incidence « sensiblement inférieurs à 100 pour 100.000 ». Sur la façade atlantique, les autorités préfectorales de Vendée, Charente-Maritime, de la Gironde, des Landes et des Pyrénées-Atlantiques ont récemment pris des arrêtés rendant obligatoires le masque dans les zones touristiques.