Pass sanitaire : « Si tu ne te vaccines pas, c’est normal que tu n’ailles pas au musée »… Les visiteurs retrouvent le Louvre

REPORTAGE Ce mercredi 21 juillet marquait la mise en place généralisée du pass sanitaire dans les lieux de culture et de loisirs. « 20 Minutes » est allé à la rencontre des visiteurs du Louvre

Martin Roman

— 

Les visiteurs patientent devant le Louvre ce 21 juillet 2021.
Les visiteurs patientent devant le Louvre ce 21 juillet 2021. — Martin ROMAN
  • Ce mardi, le pass sanitaire est devenu obligatoire dans les musées et autres lieux culturels et de loisirs.
  • Cette mise en place généralisée survenue assez rapidement ne semble pas avoir d’impact sur la foule toujours aussi nombreuse aux abords du Louvre.
  • Si les avis sur l’efficacité sanitaire du pass semblent concorder, certaines divergences apparaissent quant aux conséquences sociales sur la population.

« J’avais envie de revenir au musée pour retrouver le patrimoine français, ça faisait longtemps ». Ce mercredi, les visiteurs sont nombreux comme Ana, 17 ans, à faire la queue devant le musée du Louvre. Une journée très attendue par ces touristes, car le pass sanitaire est généralisé aux musées, salles de cinéma, théâtres et autres lieux de culture et de loisirs.

C’est cette obligation qui a convaincu Ana de faire le déplacement depuis sa commune rurale de Jouars-Ponchartrain (Yvelines). « Je n’ai pas l’habitude de venir dans des lieux culturels à Paris vu que j’habite à la campagne, mais je voulais être là pour le premier jour du pass sanitaire. Je pense qu’il sera utile et nécessaire à la résolution de cette crise », assure l’adolescente.

Maria, touriste espagnole en voyage à Paris
Maria, touriste espagnole en voyage à Paris - Martin Roman

Maria et Jefe, un couple d’Espagnols partagent le même avis. « Le pass sanitaire est quelque chose de normal, tout le monde devrait aller se faire vacciner ! », clament-ils. « Je ne suis pas vaccinée mais je pense que c’est une bonne chose », poursuit une autre touriste, souhaitant rester anonyme. Elle dispose d’un test PCR négatif datant de moins de 48 heures, condition lui permettant l’éligibilité au pass sanitaire.

« Tout le monde devrait se vacciner et on n’aurait pas ce problème »

En revanche, les opinions divergent assez fortement sur la discrimination créée par le pass sanitaire. « C’est n’importe quoi de dire que le pass sanitaire crée de la discrimination, tout le monde devrait se vacciner et on n’aurait pas ce problème, les autorités ont aussi leur liberté d’imposer des règles », scande le mari de Maria, rejoint par cette dernière : « Moi je suis avocate, et évidemment on ne peut pas obliger les gens par la loi parce que chacun est libre ou pas, mais si tu ne te vaccines pas, c’est normal que tu ne voyages pas ou que tu n’ailles pas au musée. Tu peux ne pas vouloir te vacciner, mais il faut en assumer les conséquences. En Espagne, on est plus solidaires avec le Covid. Beaucoup de gens sont morts, on accepte davantage les règles. »

A l’inverse Ana reste relativement méfiante à l’égard des conséquences sociales que pourrait avoir le pass sanitaire : « Il sera forcément vecteur de divisions sur le plan social, c’est important de trouver un équilibre pour qu’un maximum de personnes se retrouvent dans les décisions prises par le gouvernement. » Un sujet manifestement tabou, de nombreuses personnes que nous avons tenté d’interroger refusant de donner leur avis.