Coronavirus : Avec un pass sanitaire 7 jours après la deuxième dose de vaccin, est-on assez protégé ?

VACCINATION L’extension du pass sanitaire est prévue dès la semaine prochaine, et le délai pour l’obtenir après la vaccination vient d’être raccourci d’une semaine

Anissa Boumediene
— 
Bientôt, il faudra être muni de son pass sanitaire pour déjeuner ou prendre un verre en terrasse.
Bientôt, il faudra être muni de son pass sanitaire pour déjeuner ou prendre un verre en terrasse. — Michel Euler/AP/SIPA
  • Dès les prochains jours, le pass sanitaire sera requis pour fréquenter les lieux culturels ainsi que les restaurants, terrasses de café ou encore trains et avions.
  • Le ministre de la Santé a toutefois précisé que le délai pour obtenir son pass sanitaire est désormais de sept jours après la vaccination, contre quatorze auparavant.
  • Mais face au variant delta, en forte progression dans l’Hexagone, est-ce sans risque sanitaire ?

« Désormais, seuls 7 jours suffiront pour être considéré comme totalement protégé en France et accéder au pass sanitaire ». Au lendemain de l’allocution d’Emmanuel Macron annonçant l'extension du pass sanitaire en France, le ministre de la Santé, Olivier Véran, a précisé que le délai pour l’obtenir après vaccination allait être raccourci d’une semaine, passant de 14 à 7 jours après l’administration de la seconde dose de vaccin anti-Covid.

Et pour nombre de Français qui n’ont pas encore fait la démarche de se faire vacciner, il y a urgence s’ils veulent profiter de leur été. Dès le 21 juillet, le pass sera étendu à tous les lieux de culture (théâtres, cinémas, salles de spectacles…) accueillant plus de 50 personnes. Et début août, il sera requis pour aller au restaurant, prendre un verre en terrasse, ou prendre le train ou l’avion. Le but : pousser celles et ceux qui n’y sont pas encore passés à se faire inoculer. Et ça marche : après cette annonce, et alors que la campagne vaccinale battait un peu de l’aile, les créneaux ont été pris d’assaut. Mais, outre le fait de permettre d’accéder plus rapidement à ce sésame, sur quel fondement scientifique le raccourcissement du délai d’obtention se base-t-il ? Est-il sans risque sanitaire ?

Le schéma vaccinal considéré complet 14 jours après la seconde dose

Le délai initialement prévu de 14 jours n’a pas été décrété au hasard : « L’immunité conférée par la vaccination anti-Covid n’apparaît pas immédiatement après la première, ni même après la deuxième dose, rappelle le Dr Jérôme Marty, médecin généraliste et président de l’Union française pour une médecine libre (UFML). Elle augmente progressivement, et ce délai de deux semaines après la seconde injection correspond à la durée nécessaire à l’organisme pour développer suffisamment d’anticorps neutralisants pour être protégé face au Covid-19 et à ses variants en circulation ».

Plusieurs études, ainsi que le Centre de contrôle des maladies (CDC) aux Etats-Unis, ont d’ailleurs conclu que l’immunité acquise par la vaccination était optimale à partir de 14 jours après la deuxième dose de vaccin à ARN messager (Pfizer ou Moderna) ou à vecteur viral (AstraZeneca). C’est donc cette durée qui a été décrétée par la France et par l’Union européenne (UE) pour déterminer quand une personne dispose d’un schéma vaccinal considéré comme complet. Elle est – et reste – de 28 jours après l’administration de la première et unique dose pour le vaccin Janssen.

« Un très haut niveau de protection » 7 jours après la seconde dose

Alors, sur quels éléments Olivier Véran fonde-t-il ce délai raccourci à sept jours ? « C’est une décision qui est plus économique et sociale que sanitaire, estime le Dr Marty. Les études citées par le ministre de la Santé ne tiennent pas trop compte du variant Delta, elles portent sur les autres variants, pointe-t-il. Or, le Delta est plus contagieux, progresse plus rapidement, donc le fait de raccourcir le délai d’obtention du pass sanitaire peut favoriser quelques infections chez des personnes vaccinées. En tout état de cause, cela traduit un retard à l’allumage : cette décision est prise trop tard, dans la précipitation et en pleines vacances ! Pourquoi cette mesure n’a-t-elle pas été annoncée il y a un mois et demi ? Cela aurait permis au plus grand nombre de Français d’être protégés dès le début de l’été. Les gens qui commencent leur vaccination aujourd’hui ne seront totalement protégés qu’à la fin de l’été, soit après leurs vacances ».

Le généraliste n’est ainsi « pas sûr que 7 jours après la deuxième dose, on est suffisamment protégé face au variant Delta ». Le ministre de la Santé, qui a indiqué avoir pris cette décision après s’être entretenu avec le M. Vaccin du gouvernement, le Pr Alain Fischer, est pour sa part plutôt confiant. Une étude observationnelle menée notamment par les chercheurs de l’Institut Pasteur observe ainsi que la protection contre les formes symptomatiques du Covid-19 est optimale dès sept jours après la deuxième dose des vaccins à ARN messager. A sept jours, ils sont efficaces à 88 % contre la souche originale du virus, à 86 % contre le variant Alpha et à 77 % contre le variant Delta, soit environ dix points de moins que l’immunité observée une semaine plus tard. Une immunité certes pas optimale, mais jugée suffisamment protectrice. Des observations confirmées par le Conseil d'orientation de la stratégie vaccinale, qui rappelait ce jeudi que « les études cliniques indiquent que tant pour le vaccin Pfizer-BioNtech que le vaccin Moderna, qu’un très haut niveau de protection clinique est observée dès 7 jours après administration de la seconde dose ». Et « cette observation de protection après 7 jours est vraie pour la protection contre l’infection, contre le risque de survenue d’une forme grave et probablement (mais avec moins de certitude) contre le risque de transmission », renchérit le Conseil scientifique dans son avis publié lui aussi jeudi.

Attention toutefois avant de réserver ses vacances en Europe : les conditions du pass sanitaire européen – ou certificat Covid numérique UE, elles, n’ont pas évolué : « Les règles européennes des 14 jours restent inchangées pour le moment », a précisé Olivier Véran. Le pass sanitaire ouvrant aux Français le droit de voyager hors de l’Hexagone mais au sein de l’UE ne sera donc valide que 14 jours après leur seconde injection.