Coronavirus : Partir en Espagne ou au Portugal ou pas, le dilemme des touristes français

VACANCES POR FAVOR Face à la progression du variant delta dans la péninsule ibérique, le gouvernement recommande d’éviter de passer ses vacances cet été en Espagne ou au Portugal

Anissa Boumediene
— 
Beaucoup de touristes français ne comptent pas renoncer à leurs vacances estivales en Espagne ou au Portugal malgré le rebond épidémique.
Beaucoup de touristes français ne comptent pas renoncer à leurs vacances estivales en Espagne ou au Portugal malgré le rebond épidémique. — Joan Mateu/AP/SIPA
  • Avec une flambée des cas de coronavirus en raison du variant Delta en Espagne et au Portugal, le gouvernement déconseille ces destinations pourtant prisées des Français pour les vacances estivales.
  • Et dès ce week-end, un test PCR de moins de 24 heures sera exigé pour les voyageurs français non-vaccinés avant leur retour dans l’Hexagone.
  • Face à cette situation, les lecteurs de « 20 Minutes » qui avaient prévu d’y partir en vacances nous confient leurs projets.

« Un test de moins de 24 heures » sera demandé aux frontières françaises aux voyageurs non-vaccinés contre le Covid-19 venant d’Espagne et du Portugal, en proie à une nouvelle vague épidémique due à la propagation du variant delta du Covid-19, a déclaré ce jeudi le secrétaire d’Etat aux Affaires européennes, Clément Beaune. Déjà il y a une semaine, il tentait de convaincre les touristes français de renoncer à partir en vacances dans la péninsule ibérique. « Ceux qui n’ont pas encore réservé leurs vacances, évitez l’Espagne, le Portugal dans vos destinations, c’est un conseil de prudence », prescrivait-il.

« C’est une recommandation sur laquelle j’insiste, il vaut mieux rester en France ou aller dans d’autres pays (…), on a une situation qui est particulièrement préoccupante », insistait-il, tout en soulignant que ces destinations – très prisées des Français – restaient autorisées. Sauf que nombre de Françaises et de Français y ont déjà réservé leurs vacances estivales. Partir quand même ou y renoncer, les lecteurs de 20 Minutes nous confient leurs projets de vacances.

« Nous avons préféré changer notre destination »

S’il ne s’agit que d’une recommandation, certains préfèrent jouer la prudence et n’iront finalement pas dans la péninsule ibérique cet été. A l’instar de Maela : « Avec mon mari, nous devions aller au Portugal en août, mais avec le variant là-bas, nous avons préféré changer de destination ». Idem pour Mireille : « Cet été, je reste chez moi ! Je ne retournerai pas au Portugal dans l’immédiat, alors que j’y ai passé mes vacances ces dernières années. Il y a trop d’incertitudes avec le variant », estime-t-elle, bien qu’elle soit « totalement vaccinée ».

Manon, elle, devait « partir en Espagne en septembre, mais nous n’avons pas encore réservé. Et finalement, nous irons plutôt en France, ou peut-être en Italie ». Pour l’instant, Laura, part « à Barcelone mi-août. Je n’ai pas encore changé de plan ». Craignant toutefois une évolution défavorable de la situation, sanitaire, « j’ai réservé un hôtel annulable à la dernière minute. Et si l’Espagne réinstaure de nouvelles restrictions comme le couvre-feu, la fermeture des restaurants, bars et commerces qui sont le cœur des vacances, il est fort possible que nous ne partions pas là-bas et que nous nous rabattions sur une destination française ».

« Nous regardons tous les jours les informations liées au Portugal »

En attendant le jour de ses vacances réservées depuis le mois de mai à Albufeira dans le sud du Portugal, Justine veille. « Nous regardons tous les jours les informations liées au pays et nous espérons que nous pourrons nous y rendre : nous avons déjà payé le logement, notre vol et la location de la voiture, soit une partie de nos économies. Et nous nous sommes fait vacciner notamment pour être rassurés pour notre départ ». Les restrictions, la jeune femme est prête à en subir quelques-unes. « Le couvre-feu à 23 heures et la fermeture des discothèques ne nous gêne pas. Mais nous espérons que les lieux culturels, les plages, les restaurants et les commerces resteront ouverts ».

Pour l’heure, il y a encore « beaucoup d’incertitudes, s’inquiète Mélanie, d’origine portugaise. Nous avons prévu nos vacances estivales au Portugal après 2 ans sans retour au pays. Nous sommes vaccinés, et nous suivons l’évolution de la situation et des restrictions ». Comme elle, Andreia compte partir au Portugal pour revoir sa famille. « Ce serait difficile pour nous de renoncer à ces vacances au Portugal », confie la jeune femme, qui a prévu d’aller « à Porto, Lisbonne et Albufeira… Soit les zones les plus touchées et où les restrictions sont plus sévères, et cela m’inquiète​ ». Alors, pour ne pas être obligée de changer ses plans, Andreia a misé sur la vaccination, « pour moi et mes parents : le vaccin nous protégera, et le pass sanitaire nous ouvrira les portes des restaurants et des hôtels ».

« Aucune envie de nous priver à cause de personnes qui refusent de se faire vacciner »

Comme Andreia, beaucoup de touristes français ont eu la même démarche. « Nous avons réservé avec mon compagnon aux Canaries pour deux semaines à partir du 22 août, et pour pouvoir voyager cet été, nous nous sommes fait vacciner. Si nous avons toujours le droit de nous y rendre, nous partirons là-bas comme prévu. Aucune envie de nous priver à cause de personnes qui refusent de se faire vacciner ou qui ne font tout pas attention aux gestes barrières. Nous nous sommes assez privés depuis le premier confinement, il est temps de reprendre une vie normale ».

Une philosophie partagée par Virginie : « Après une année éprouvante, il nous tarde de partir au soleil à Majorque. Ce voyage est réservé depuis longtemps afin de profiter de prix abordables. Nous ne pourrions pas nous permettre d’aussi belles vacances en France. Nos ados et nous avons été vaccinés dès que possible, pour être protégés. Les restrictions de déplacement, ça suffit ! Hors de question de s’empêcher de vivre ! Certains ont fait le choix de ne pas se faire vacciner, qu’ils en assument les conséquences !  Le vaccin est gratuit et sauve des vies, alors il faut arrêter d’être conspirationniste ! Je préfère qu’on le rende le vaccin obligatoire plutôt que d’entendre des injonctions à ne pas aller dans tel ou tel pays ! »

« Je vais en Catalogne chaque année depuis 54 ans, rien ni personne ne m’empêchera d’y aller »

Et la majorité de nos lecteurs qui ont prévu leurs vacances en Espagne et au Portugal compte bien s’y rendre comme prévu. « Je vais en Catalogne chaque année depuis 54 ans. J’ai connu la fin de la dictature franquiste, l’embellie du pays, les Jeux olympiques à Barcelone et le covid, raconte Omar. Rien ni personne ne m’empêchera d’y aller. Il ne faut pas avoir peur ! »

Même credo pour Charlène, qui part « en famille et vaccinée en Catalogne. Je serai dans mon septième mois de grossesse, mais même si l’appréhension est forte, nous partirons coûte que coûte. En évitant les endroits trop fréquentés si besoin ». Et « de toute façon, les contaminations repartent aussi à la hausse en France », observe Feedy, qui a « pris le parti de partir quand même au Portugal. Pourtant, j’ai eu le coronavirus avec des complications en mars 2020, mais je n’ai pas peur, là il est temps de revivre ! » En outre, « nous avons versé 500 € d’arrhes, renchérit Tiphaine, qui a prévu de partir avec mari et enfants. Sauf fermeture stricte des frontières, pas question de ne pas y aller ! »

Séverine, elle, est d’ailleurs déjà en Espagne. « Nous sommes en Catalogne depuis le 5 juillet. Les règles sanitaires ici sont beaucoup plus strictes qu’en France et bien respectées. Hier soir au restaurant, on nous a même pris la température avant de nous laisser entrer. Nous ne nous sentons pas du tout en danger ».