Coronavirus : Une semaine décisive pour tenter d’enrayer la nouvelle vague de contaminations

MOBILISATION Emmanuel Macron doit prendre la parole lundi à 20h

20 Minutes avec AFP
— 
Le parvis de la Défense, près de Paris.
Le parvis de la Défense, près de Paris. — Remon Haazen/Shutterstock/SIPA

Vaccination obligatoire des soignants, élargissement du pass sanitaire ? Face à une recrudescence des contaminations au Covid-19, le président Macron va annoncer ce lundi de nouvelles mesures pour éviter qu’une quatrième vague ne déferle sur les hôpitaux dès cet été.

Le chef de l’Etat, qui s’adressera aux Français à 20h, devrait détailler les mesures décidées dans la matinée à l’Elysée lors d’un conseil de défense exceptionnel. Il « parlera de la situation sanitaire et de son évolution, à la lumière des données de l’épidémie dans les autres pays, et de l’importance de la vaccination », indique-t-on dans son entourage.

La vaccination obligatoire des soignants très probable

Objet de nombreuses concertations depuis plusieurs jours, la vaccination obligatoire des soignants devrait être à l’agenda. « C’était une option (….) Aujourd’hui, c’est une hypothèse très probable et légitime », a affirmé dimanche le secrétaire d’Etat aux Affaires européennes, Clément Beaune, lors du « Grand Rendez-vous » Europe 1/CNews/Les Echos. Le gouvernement planche sur un projet de loi qui pourrait être adopté avant la fin juillet.

Cette allocution intervient deux mois et demi après avoir dévoilé le calendrier du déconfinement allégeant les mesures de restrictions sanitaires, alors que la troisième vague de l’épidémie refluait. Mais la diffusion du variant Delta, bien plus contagieux, a fait rapidement remonter les contaminations. Samedi, près de 4.700 cas étaient ainsi enregistrés, contre 3.000 il y a une semaine.

Pour l’épidémiologiste Arnaud Fontanet, une « flambée » des infections au SARS-CoV-2, prélude à une quatrième vague, est inévitable. Mais la grande interrogation est de savoir « si elle va s’accompagner ou non d’une montée des cas sévères et des hospitalisations » , a-t-il expliqué samedi sur Europe 1.

Les personnes à risque encore trop peu vaccinées

La variable qui pourrait « tout changer » par rapport aux vagues précédentes, « c’est la vaccination » qui protège à 95 % des formes graves du variant Delta, affirme le membre du Conseil scientifique qui guide le gouvernement depuis le début de la pandémie. L’instance préconise donc de resserrer les boulons pour empêcher un tsunami à l’hôpital, où pour l’instant, la décrue continue.

Dans un avis rendu vendredi, le Conseil scientifique recommande l'« obligation vaccinale des soignants », mais aussi « d’autres catégories, comme les aidants, le personnel des services à la personne ou l’ensemble des professionnels (non sanitaires) exposés et exposant à un risque pour autrui ». Autre préoccupation, le trop faible taux de vaccination chez les personnes à risques : les plus de 60 ans et personnes obèses.

Jauges abaissées ?

Pour faciliter la vaccination des fonctionnaires, la ministre Amélie de Montchalin compte adresser lundi une instruction aux préfets les invitant à ouvrir des « barnums » devant les préfectures, les directions départementales et régionales, a indiqué son entourage, confirmant une information du JDD.

Outre l’intensification de la vaccination, Emmanuel Macron pourrait annoncer un durcissement des restrictions, comprenant une possible extension du pass sanitaire (certificat de vaccination ou test négatif). Sur ce terrain, le Conseil scientifique prône un abaissement de la jauge (actuellement fixée à 1.000 personnes) pour les événements soumis à ce pass, ainsi que des « mesures partielles de restrictions » dans les zones géographiques les plus touchées, « y compris en juillet et août ».