Coronavirus : Le conseil scientifique préconise l'« obligation vaccinale des soignants »

PIQURE Le gouvernement planche actuellement sur une loi pour obliger les personnels soignants à se faire vacciner contre le Covid-19

20 Minutes avec AFP
— 
Une vaccination à Douai le 15 juin. (illustration)
Une vaccination à Douai le 15 juin. (illustration) — FRANCOIS GREUEZ/SIPA

Le conseil scientifique, qui guide le gouvernement français pendant la pandémie de Covid-19, préconise « une obligation vaccinale pour les soignants » parmi les mesures pour faire face à la progression rapide du variant Delta. Dans un nouvel avis paru ce vendredi, le conseil scientifique dit appuyer la « recommandation » du conseil d’orientation de la stratégie vaccinale pour « aller vers une obligation vaccinale des soignants », appelant à accélérer l’adoption de « mesures juridiques et législatives ».

Le gouvernement planche sur un projet de loi qui pourrait être adopté avant la fin juillet et inclure cette obligation. Le conseil scientifique estime qu’elle « pourrait être étendue à d’autres catégories, comme les ''aidants'', le personnel des services à la personne ou l’ensemble des professionnels (non sanitaires) exposés et exposant à un risque pour autrui ».

Préoccupation aussi sur le taux de vaccination des plus de 60 ans

Dans son avis, l’instance s’inquiète d’un taux de couverture vaccinale encore « trop bas, parmi les personnels du secteur médicosocial en contact avec des personnes âgées et/ou handicapées en EHPAD, établissements spécialisés ou en ville », soulignant que « seuls 40 % du personnel des EHPAD, public ou privé, seraient vaccinés avec une grande hétérogénéité territoriale ».

Le conseil se dit également préoccupé par le niveau de vaccination des « plus de 60 ans et des personnes à risque entre 40 et 60 ans », et des « personnes jeunes à risque et en particulier obèses », alors que « selon les dernières données disponibles, seules 50 % des personnes seraient vaccinées ». Dans son avis, le conseil se dit également favorable à un abaissement de la jauge (actuellement fixée à 1.000 personnes) pour les événements soumis à un pass sanitaire (vaccination ou test négatif) et à des « mesures partielles de restrictions » dans les zones géographiques les plus touchées, « y compris en juillet et août ».

Le conseil avertit, dans son avis, qu’une « quatrième vague liée au variant Delta pourrait survenir rapidement, avec un retentissement sur le système de soins, malgré un niveau élevé de vaccination », qu’il juge encore « insuffisant ». « L’épidémie ne pourra être contrôlée qu’avec 90 % à 95 % de personnes vaccinées ou infectées », un niveau « supérieur » aux précédents comptes rendus en raison de la transmission accrue des nouveaux variants, souligne le conseil.