Covid-19 en Normandie : Le taux d’incidence explose, le variant Delta progresse dans le Calvados

PANDÉMIE Le taux d’incidence est ce jeudi de 34,4 cas pour 100.000 habitants dans le Calvados, contre 24,12 au niveau national

20 Minutes avec agence
— 
Une injection dans un centre de vaccination de Toulouse. Illustration.
Une injection dans un centre de vaccination de Toulouse. Illustration. — F. Scheiber - Sipa

La quatrième vague de Covid-19 pourrait arriver en France plus tôt que prévu, notamment à cause du variant Delta. Certains chiffres confirment cette inquiétude : en Normandie, le nombre de cas repart à la hausse, rapporte France 3 Normandie.

Dans le Calvados, le taux d’incidence a augmenté de 105,2 % fin juin. Le 3 juillet, il était de 34,4 cas pour 100.000 habitants, quand la moyenne nationale est à 24,12 cas. Le variant Delta y représente 74 % des tests de dépistage, selon la préfecture.

Des opérations de dépistage et de vaccination

Des mesures ont été prises par les autorités sanitaires pour tenter de freiner la propagation du coronavirus. Des opérations de dépistage sont organisées dans de nombreuses communes du Calvados. À cela vont s’ajouter des opérations de vaccination sans rendez-vous dans les prochaines semaines.

Deux autres départements normands ont un taux d’incidence en hausse : la Seine-Maritime (+ 29,4 %) et l’Eure (+ 15,8 %), des taux qui restent inférieurs à la moyenne nationale. Seuls les chiffres enregistrés dans la Manche et l’Orne continuent leur baisse.

La tension baisse dans les hôpitaux

Malgré ces chiffres inquiétants, la pression dans les hôpitaux continue de baisser. Selon l’Agence régionale de santé (ARS), 474 personnes sont actuellement hospitalisées, contre 586 la semaine dernière. La vaccination se poursuit également. La région a toujours été en avance, avec 53,3 % de la population ayant reçu au moins une dose, contre 49,6 % au niveau national.

Les autorités sanitaires invitent tout le monde a se faire vacciner. Les conditions ont, en outre, été assouplies par le gouvernement pour inciter les gens à recevoir une dose. Les délais ont été raccourcis entre les deux injections, des créneaux sans rendez-vous existent et il est désormais possible de recevoir ses deux doses dans des centres différents.