Vaccination : Il faudra « envisager » l’obligation vaccinale, pense la directrice de la Haute autorité de santé

PIQURE Pour l’instant, le mot est tabou pour la population générale mais l’idée d’une obligation vaccinale commence à faire son chemin

R. G.-V.
— 
Dominique Le Guludec, la directrice de la Haute autorité de santé. (archives)
Dominique Le Guludec, la directrice de la Haute autorité de santé. (archives) — VALENTIN FLAURAUD / CHAM

On parle de plus en plus de l’obligation vaccinale pour les soignants et soignantes, mais certains et certaines en parlent aussi pour le reste de la population. C’est le cas de la directrice de la Haute Autorité de santé, Dominique Le Guludec. « Il faut être massivement vacciné », a-t-elle déclaré, ce vendredi matin, sur BFMTV et RMC, expliquant que suivant la situation sanitaire, il faudrait peut-être rendre obligatoire la vaccination anti- Covid-19 pour les plus de 12 ans.

« En fonction de la situation épidémique, de ce qui va se passer, en fonction du taux de vaccination qu’on a atteint, il faudra l’envisager », a expliqué la cardiologue. Jeudi, plus de la moitié de la population avait reçu une dose de vaccin, mais seulement une personne sur trois est totalement vaccinée. Or, il faudrait probablement atteindre les 80 % de totalement vaccinés pour espérer obtenir « l’immunité collective » qui pourrait nous protéger globalement d’une nouvelle vague, avec le variant Delta.

Dominique Le Guludec a rappelé que le vaccin était efficace contre les contaminations variant anciennement appelé indien et réduisait les chances de développer des cas graves de la maladie. Seulement, ce variant est aussi beaucoup plus contagieux. « Un petit pourcentage d’un grand nombre, ça fait plein de malades au bout » : en clair, sans une meilleure couverture vaccinale d’ici la rentrée on va tout droit vers de nouvelles restrictions sanitaires.